La Ville de Québec songe à des mises à pied

L’administration Labeaume est à l’heure des choix difficiles. Alors que la pandémie de coronavirus s’aggrave au Québec, d’importantes mises à pied sont envisagées au sein de l’appareil municipal.

Radio-Canada a obtenu la confirmation que les quatre directions générales adjointes avaient reçu la consigne d’évaluer la possibilité de mises à pied au sein de leurs effectifs.

Il s’agit des Services de soutien institutionnel, Eau et valorisation énergétique, Qualité de vie urbaine et des Services de proximité.

Selon nos informations, l’administration Labeaume n’envisage pas de mises à pied parmi les membres du Service de police de la Ville de Québec ou du Service de protection contre l’incendie.

À eux seuls, les policiers et les pompiers composent au moins la moitié des effectifs municipaux, évalués à un peu plus de 5000 employés.

Des postes temporaires coupés

Toujours selon nos informations, des postes temporaires et contractuels seraient visés. Plusieurs centaines de travailleurs pourraient être touchés.

Dans sa consigne, la Ville insiste sur le caractère temporaire des licenciementsqui pourraient survenir au cours des prochains jours.

L’évolution de la pandémie de COVID-19 sera déterminante pour la suite des choses.

 Le président du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec, Real Pleau

Le président du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec, Real Pleau

PHOTO : RADIO-CANADA

Il faut penser à long terme

Le président du Syndicat des fonctionnaires municipaux, Réal Pleau, confirme lui aussi que ses membres temporaires pourraient être mis à pied.

La Ville nous a avisés, au cours des dernières heures, illustre-t-il. Ça va tellement vite depuis quelques semaines.

Nous espérons que ce ne soit pas excessif. Mais à l’heure où on se parle, on pense que des mises à pied pourraient survenir au cours de la journée, ou demain.Réal Pleau

M. Pleau estime à 300 le nombre d’employés temporaires parmi les cols blancs de la Ville, sur un total de quelque 1700. Il ne sait pas combien de personnes pourraient perdre leur emploi.

Mais attention, nuance-t-il, il faut se souvenir que si les employés permanents tombent malades, la Ville pourrait à nouveau avoir besoin des temporaires.

Réal Pleau précise que les secteurs d’emploi touchés pourraient être les emplois dans les services de loisirs, notamment, parce que les établissements sont fermés.

Il rappelle qu’il s’agit d’une situation exceptionnelle. Du jamais vu.

Les gestionnaires sont en train d’évaluer quels temporaires on doit garder pour répondre à tous les besoins des résidents, mais les services essentiels seront au rendez-vous, les gens du 911 ne perdront pas leur emploi, explique-t-il.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.