Le variant Delta pourrait surcharger les hôpitaux canadiens cet hiver

Le nombre de cas diminue de jour en jour à travers le Canada, mais l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) prévient que la situation demeure fragile avec la réouverture et la multiplication des cas liés au variant Delta.

Au cours de la dernière semaine, on compte une moyenne de 758 cas par jour au Canada et 18 décès. Il y a un peu plus de 1100 Canadiens hospitalisés, dont un peu plus de 500 aux soins intensifs.

Le taux de reproduction national demeure inchangé depuis la mi-avril (sous 1), signe que l’épidémie est actuellement sous contrôle.

Les prévisions à court terme indiquent un ralentissement de la croissance du nombre de cas et de décès partout au pays. Toutefois, la situation pourrait changer dès le mois d’août.

Ce sera un bel été. Ce que je surveille, c’est la réouverture dans chaque province. Ça nous indiquera si on aura des recrudescences, dit la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada.

Si les contacts augmentent de 50 % ou plus et si le variant Delta (originaire de l’Inde) prend de l’ampleur, on pourrait voir environ 2000 nouveaux cas par jour en août au Canada.

Cela confirme la nécessité d’avoir une approche prudente de l’assouplissement des mesures sanitaires. Il suffit de demeurer vigilant. Il faut garder les cas à un bas niveau.

Une citation de :Howard Njoo, sous-administrateur en chef de la santé publique du Canada

Quel sera l’impact du variant Delta?

En fait, selon les prévisions de l’ASPC, la capacité hospitalière au pays pourrait être dépassée en janvier si une nouvelle vague est causée par le variant Delta, indique l’Agence. Celle-ci pourrait être beaucoup plus importante que celle qu’on a vécue cet hiver.

Au plus fort de la crise cet hiver, on comptait environ 15 hospitalisations pour 100 000 personnes. Si le variant Delta prenait le dessus, ce chiffre pourrait doubler et dépasser 30 hospitalisations pour 100 000 habitants en janvier prochain.

Une vague causée par le variant Delta toucherait probablement davantage les jeunes, puisqu’ils sont moins vaccinés. Plus il y a de jeunes qui sont vaccinés, plus nous pouvons éviter cette vague, dit le Dr Njoo.

Selon l’ASPCAgence de la santé publique du Canada, on a observé une multiplication par 4 du nombre de cas de Delta au Canada entre le 25 avril et le 23 mai. D’après les données compilées par CBCCanadian Broadcasting Corporation et Radio-Canada, il y a présentement un peu plus de 3000 cas au pays liés au variant Delta (originaire de l’Inde).

L’Agence indique que 18 % des cas ont été séquencés en mai. Maintenant que le nombre de cas diminue, plusieurs régions réussiront à séquencer presque 100 % des cas. Une surveillance accrue aiderait à réduire les chances de voir le variant Delta se multiplier rapidement.

Rappelons que le variant Delta est 50 % plus transmissible que le variant Alpha. Les cas de Delta sont 54 % plus susceptibles d’être hospitalisés que les cas reliés au variant Alpha (découvert au Royaume-Uni).

Le variant Delta est d’ailleurs la cause de la récente hausse exponentielle des cas en Grande-Bretagne. On compte désormais plus de 14 000 nouveaux cas par jour au Royaume-Uni, alors qu’on avait atteint un plateau de 2000 cas quotidiens en avril et mai.

Heureusement, si suffisamment de Canadiens sont vaccinés cet automne, il sera possible d’éviter une nouvelle vague et un dépassement de la capacité hospitalière, croit l’Agence.

La majorité des cas de Delta au Canada sont des personnes non vaccinées ou partiellement vaccinées.

Les vaccins offrent une forte protection contre les maladies graves. Il ne faut pas faire les choses à moitié, il faut deux doses du vaccin.Une citation de :Howard Njoo, sous-administrateur en chef de la santé publique du Canada

Nous avons besoin de vacciner plus que 75 % de la population pour faire face à ce variant. La deuxième dose est très importante contre Delta, ajoute la Dre Tam.

Selon les dernières données canadiennes :

  • 0,14 % des personnes vaccinées ont été infectées plus de 14 jours après leur première dose;
  • 0,08 % des personnes entièrement vaccinées ont été infectées plus de 7 jours après la deuxième dose.

Depuis le début de la campagne de vaccination, près de 39 millions de doses ont été livrées au pays, dont plus de 34 millions ont été injectées. L’Agence indique qu’en date de la semaine prochaine, un total de 50 millions de doses auront été livrées, et que cela représente une quantité suffisante pour immuniser pleinement 75 % de la population admissible.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.