La quête d’un vaccin efficace contre toutes les mutations d’un virus progresse

La quête d’un vaccin efficace contre toutes les mutations d’un virus progresse La quête d’un vaccin efficace contre toutes les mutations d’un virus – véritable Graal des immunologistes – progresse. Moderna a annoncé élaborer des vaccins contre plusieurs maladies à la fois. L’entreprise de biotechnologies Moderna a déclaré jeudi dernier commencer l’étude d’un vaccin capable de lutter à la fois contre la grippe et contre la COVID-19. Une seconde étude est aussi en cours pour tester un vaccin contre plusieurs souches de virus de l’influenza.

La compagnie a également publié des données encourageantes dans le développement d’un vaccin protégeant contre trois virus respiratoires différents. Si ces essais étaient concluants, ils pourraient donner naissance à une nouvelle génération de vaccins plus performants contre la grippe. Les scientifiques tentent depuis des années de mettre au point un tel vaccin dit «universel» contre l’influenza. Chaque année, les spécialistes doivent «anticiper les mutations, les changements ou les déviations génétiques du virus pour essayer d’avoir un vaccin qui va être efficace», explique Dre Maryse Guay, professeure de santé publique à l’Université de Sherbrooke et spécialiste des programmes de vaccination. L’Organisation mondiale de la santé estime que la grippe est responsable d’environ 3 à 5 millions de cas de maladies graves chaque année, et de 290 000 à 650 000 décès. Or, la technologie d’ARN messager qu’utilise désormais Moderna est une «technologie très malléable» qui facilite les expérimentations, assure Dre Cécile Tremblay, microbiologiste-infectiologue au centre hospitalier de l’Université de Montréal. Plutôt que d’utiliser un virus désactivé pour élaborer la bonne recette à inclure dans le vaccin, cette technologie n’a besoin que du génome du virus à combattre.

Pour arriver à un vaccin universel, «il faut cibler des régions du génome qui sont plus conservées, donc qui varient moins, mais qui sont communes à tous les variants», explique Dre Cécile Tremblay. «Habituellement, c’est plus difficile à réaliser.» La Dre Cécile Tremblay rappelle que les vaccins actuels contre la COVID-19 sont déjà presque universels, car ils «sont quand même capables de susciter les anticorps qui vont vous protéger contre la maladie sévère de beaucoup de variants».

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.