Tests de dépistage : Québec se prépare à une épidémie à grande échelle

Le gouvernement du Québec veut multiplier par 16 le nombre d’analyses de dépistage de la COVID-19 d’ici les prochains jours.

 

À l’heure actuelle, environ 400 analyses par jour sont effectuées par le Laboratoire de la santé publique du Québec (LSPQ), le seul habilité à traiter ces prélèvements.

Ce nombre devrait grimper à 6400 échantillons traités quotidiennement d’ici la fin du mois de mars, a précisé à Radio-Canada le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Concrètement, comment le gouvernement compte-t-il parvenir à une telle augmentation? Dans un premier temps, le LSPQ devrait doubler sa capacité de traitement. Une stratégie d’optimisation de l’efficience est en cours, indique la porte-parole du ministère, Marie-Claude Lacasse.

Par ailleurs, dans les prochains jours, certains hôpitaux devraient également être en mesure d’analyser ces tests. Des travaux sont menés à cet effet pour que les laboratoires des centres hospitaliers universitaires puissent également effectuer ces études.

Si nécessaire, des mesures supplémentaires seront mises en place afin d’augmenter davantage la capacité, précise-t-on.

Entre un et deux jours d’attente

Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, le délai de traitement varie « habituellement d’environ 24 h à 48 h ». À l’heure actuelle, nous ne notons pas de variation importante selon la région du Québec, souligne-t-on. Jusqu’au 9 mars, les délais étaient plus importants, puisque les résultats étaient initialement envoyés au Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg.

Comment être dépisté?

Il existe différents moyens de passer un test de dépistage. Celui-ci peut se dérouler dans des hôpitaux, mais cette procédure n’a pas la préférence des experts de santé. Il faut décharger les urgences, indique Karl Weiss, président de l’Association des médecins microbiologistes-infectiologues du Québec.

Le fait que des personnes se présentent possiblement porteuses du virus dans ces [centres hospitaliers] peut potentiellement exposer d’autres patients et des professionnels du réseau.

Marie-Claude Lacasse, porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux

Quatre cliniques spécialisées dans la détection de ce coronavirus auront ouvert leurs portes d’ici les prochains jours. Depuis le début de la semaine, l’une d’entre elles se trouve dans les anciennes urgences de l’Hôtel-Dieu. Une autre a ouvert également dans un local adjacent à l’Institut universitaire de santé mentale de Québec. Une troisième doit démarrer lundi prochain en Montérégie. Et finalement, une quatrième doit ouvrir ses portes samedi à Gatineau.

Ce nombre va bientôt augmenter. La ministre Danielle McCann a affirmé vendredi qu’un total de 15 cliniques seront ouvertes « à terme ». D’autres pourront s’ajouter selon la demande, souligne son équipe.

Les enfants peuvent de leur côté passer ce dépistage au CHU Sainte-Justine, mais comme pour tous les autres patients, il est nécessaire d’obtenir un rendez-vous en appelant la ligne réservée.

Face au volume élevé d’appels, le gouvernement du Québec demande au public de composer le 1 877 644-4545 plutôt que le 811 pour toutes les questions liées à la COVID-19. La ministre McCann a assuré que 88 infirmières supplémentaires seront en poste pour répondre à cet afflux d’interrogations.

À quoi ressemble ce test?

Cette procédure, selon la microbiologiste Valérie Lamarre, serait assez rapide et prendrait « environ 30 secondes ».

Il s’agit d’un écouvillonnage du nasopharynx. On introduit une petite tige montée dans le nez du patient jusqu’à ce que l’on atteigne l’arrière-gorge, et là, on tourne doucement pendant 10 secondes, résume-t-elle.

Les médecins, pour effectuer ce test, disposent d’un masque, d’une visière, de gants et d’une jaquette imperméable.

Par ailleurs, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, mais aussi différents centres hospitaliers joints par Radio-Canada, aucune rupture de stock de cette trousse de dépistage n’est pour le moment à craindre.

 

Extrait de RadioCanada

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.