Santé Canada donne le feu vert à un deuxième médicament contre la COVID-19

Après avoir approuvé avec conditions un premier médicament contre la COVID-19 mercredi, le remdésivir, Santé Canada annonce vendredi l’approbation du sotrovimab pour traiter les patients atteints d’une forme légère ou modérée de la maladie.

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis avait délivré une autorisation d’utilisation d’urgence en mai, avec des conditions similaires à celles de Santé Canada.

Toujours en cours d’étude, cet antiviral est administré uniquement aux patients qui présentent un risque élevé d’être hospitalisés ou de mourir des suites de la COVID-19», explique Santé Canada dans sa fiche produit mise à jour vendredi. Les informations de la fiche ont été fournies par le fabricant du médicament, GlaxoSmithKline, une multinationale anglaise.

Le médicament n’est pas autorisé chez les patients hospitalisés pour le traitement de la COVID-19 ou qui reçoivent déjà de l’oxygène à cet effet.

Le sotrovimab est un anticorps monoclonal», administré par intraveineuse précise le ministère. Ce médicament contient une molécule qui se lie à la protéine de spicule du SRAS-CoV-2 pour neutraliser le virus avant qu’il n’infecte l’organisme.

Plus tôt cette semaine, Santé Canada a donné son feu vert au remdésivir, un médicament destiné à traiter les patients gravement atteints de la COVID-19. Tout comme pour les patients du remdésivir, ceux du sotrovimab doivent être âgés de plus de 12 ans et peser au moins 40 kg.

Santé Canada prévient que le sotrovimab peut entraîner des réactions allergiques ou d’autres effets secondaires. Certaines personnes, par exemple, ont eu la diarrhée après avoir reçu le médicament. Il est possible que tous les risques inhérents à la prise du sotrovimab ne soient pas connus à l’heure actuelle», précise l’agence fédérale. Des effets secondaires graves et imprévus pourraient survenir.»

Il est également possible que le médicament nuise à la capacité de votre organisme de lutter contre une future infection par le SRAS-CoV-2» ou réduise la réponse immunitaire de votre organisme à un vaccin», avertit-on. Des études n’ont pas été menées pour évaluer ces risques particuliers.»

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.