Salaire des médecins spécialistes : «l’insulte suprême»

Les professionnels en santé sont outrés de constater que le gouvernement Legault offre 211 $ de l’heure aux médecins pour qu’ils aillent travailler dans les CHSLD, où le manque de personnel est criant, tandis qu’eux-mêmes doivent se contenter de primes de 4 % ou 8 %.

Un syndicat dénonce l’écart de salaire flagrant entre les médecins spécialistes et le personnel qui travaille en temps normal en CHSLD en ces temps de pandémie. 

Les 1300 médecins spécialistes qui ont déjà répondu à l’appel de François Legault pour prêter main-forte en CHSLD gagneront jusqu’à 2500$ par jour, soit entre 10 et 15 fois plus que le salaire d’un préposé qui effectue des tâches semblables à celles qui leur seront demandées. 

Marjolaine Aubé, présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval, ne décolère pas. «C’est l’insulte suprême, s’insurge-t-elle. Ça démontre hors de tout doute ce qu’on vaut aux yeux du gouvernement.» 

Elle déplore également que les primes «coronavirus» de 4% et 8% pour les travailleurs en première ligne n’aient pas été négociés mais bien imposés par le gouvernement, contrairement au taux horaire des médecins spécialistes. Pour les salariés en bas de l’échelle, un pourcentage ne se traduit pas en une augmentation substantielle, affirme-t-elle.  

«Nous sommes tous essentiels. Comment un gouvernement qui vante ses “anges gardiens” peut décréter des primes de 4% ou 8% et donner 211 $ de l’heure à des médecins spécialistes?», demande la présidente. 

Dans un contexte de plus en plus tendu et difficile en CHSLD, notamment en raison des pénuries de main-d’oeuvre et d’équipement de protection, Marjolaine Aubé craint que d’autres passe-droits ne soient accordés aux médecins spécialistes. «Je prends le pari que les médecins qui seront déployés auront droit au masque N95, alors que nous n’avons pas le droit d’en avoir», prévient-elle. 

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.