Publication des données du vaccin Pfizer

Aux États-Unis, toujours un nouveau rebondissement dans l’affaire qui oppose des plaignants à l’Agence américaine des médicaments, une organisation avait saisi la justice pour demander la publication des données du vaccin. Pfizer Biotech Après avoir réclamé des dizaines d’années de délai, la FDA est désormais sommé d’accélérer sa publication. Les détails avec notre correspondant à Washington, Thomas Boni.

Ce juge considère que les données ayant mené à l’approbation du vaccin de Pfizer aux Etats-Unis sont d’une importance capitale, et c’est la raison pour laquelle il estime, je cite, leur publication nécessaire. Pour rappel, la FDA, l’Agence américaine des médicaments, avait proposé un rythme de publication de 500 pages par mois, ce qui aurait voulu dire que pour avoir accès à l’intégralité des données ayant mené à l’approbation du vaccin de Pfizer aux Etats-Unis, il aurait fallu attendre 2096. Et bien, ce tribunal fixe un autre rythme 55 000 pages publié chaque mois.

Ce tribunal demande aussi que le caviardage, qui consiste à rendre confidentiel certains passages de ces données, ne soit réalisé que si cela est strictement nécessaire. Évidemment, cette décision a été saluée par les plaignants. Il s’agit d’une organisation militant pour la transparence en matière de santé publique et cette organisation s’était offusquée, il y a quelques semaines, du délai si long proposé par la FDA. Alors que cette même agence avait validé le vaccin de Pfizer en l’espace de 108 jours, écoutez la réaction de l’avocat de cette organisation.

C’est une grande victoire pour la transparence et cela supprime la mainmise des autorités sanitaires fédérales sur les données nécessaires pour les scientifiques indépendants afin d’offrir des solutions sur des problèmes importants avec le programme actuel de vaccination. Des problèmes tels que le déclin de l’immunité des variants échappant à l’immunité ou, comme la CDC l’a confirmé, le fait que les vaccins n’empêchent pas la transmission.

La FDA devrait donc déjà publier 12 000 pages d’ici la fin du mois de janvier et une autre étape a été fixée par ce tribunal d’ici la fin du mois de mars. l’Agence américaine des médicaments devra publier une première salve de documents de 55.000 pages.

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.