Le passeport sanitaire est illégal

Françaises, français, nous sommes aujourd’hui le mercredi 5 mai 2021 et je veux intervenir auprès de vous pour attirer votre attention avec d’autres sur le véritable scandale que constitue le projet de pass sanitaire. On a appris en effet, il y a quelques heures que le conseil scientifique créé par Emmanuel Macron a suggéré de créer et d’appliquer en France un pass sanitaire de telle sorte que l’on ne pourrait plus circuler, aller à l’étranger, entrer dans des lieux de culture, etc. Etc.

Sans pouvoir montrer la preuve que l’on a été vacciné par la Kovy 19 ou bien que l’on a eu des tests qui sont des tests négatifs. Alors pourquoi? C’est un véritable scandale. D’abord, premièrement, je rappelle que le conseil scientifique créé par Macron a été créé de sa propre initiative, regroupe une poignée de personnes que parce que les Français ne connaissent pas ou peu, ou plus exactement quand on a eu à connaître. On s’est aperçu que c’étaient des scientifiques, des médecins qui étaient perclus de conflits d’intérêts.

J’ajoute d’ailleurs que scandale dans le scandale. Cette structure prend des décisions de façon totalement opaque et ne tient même pas. Un ordre du jour, ne tient même pas un relevé des délibérations et des décisions qui sont prises. On est dans une situation qui est de nature totalement dictatoriale. L’autre scandale de cette affaire, c’est que pourquoi est ce que l’on demanderait d’avoir montré systématiquement des preuves de vaccination ou de tests négatifs? Et pourquoi on le demanderait alors qu’on ne demande pas aux gens quand vous allez déjeuner ou dîner, par exemple quand vous entrez dans un musée?

Si vous habitez? Si vous avez bien fait votre BCG contre la tuberculose, si vous êtes bien vacciné contre le DT polio, etc. J’ajoute que dans l’état actuel des connaissances, on ne sait absolument pas si les vaccins permettent d’empêcher la transmission à autrui. On ne sait pas non plus, d’ailleurs, si les tests sont fiables puisqu’il semble que les tests soient extraordinairement peu fiables. Il y a eu une petite anecdote qui s’est passée il y a quelques heures.

Il y a quelques jours, un avion qui a fait le trajet entre New Delhi et Hong Kong est parti avec des gens qui avaient eu en Inde un test, qui disaient qu’ils étaient négatifs. Ils sont arrivés cinq heures après à Hong Kong et là, il y avait 55 personnes qui avaient un test positif, ce qui montre à quel point ces histoires de tests ne tiennent pas la route. Et si je dis que c’est attentatoire aux libertés publiques, je dis d’autant plus fermement que de nombreux Etats dans le monde l’ont déjà interdit et que l’Organisation mondiale de la santé NS le déconseille.

Examinons ce point. L’OMS, l’Organisation mondiale de la santé qui relève de l’Organisation des Nations unies, même si il y a beaucoup d’autres choses à dire sur l’homme. Le 19 avril 2021, c’est à dire il y a environ 15 jours, a fait une déclaration de son comité d’urgence, dont le point numéro 10. Écoutez bien ce que dit le point numéro 10 de l’OMS qui dit qu’il ne faut Jelassi. Il ne faut pas exiger de preuves de vaccination comme condition d’entrée, dans la mesure où l’on dispose d’un nombre limité, bien que croissant de données sur la capacité des vaccins de réduire la transmission et qu’il persiste des inégalités dans la distribution des vaccins à travers le monde.

Et toujours selon ce point, c’est exactement ce que je veux dire à l’instant d’ailleurs, on n’a aucune preuve et l’OMS poursuit en disant les États parties sont fortement encouragés à reconnaître qu’exiger une preuve de vaccination peut accroître les inégalités et promouvoir une liberté de circulation, de différencier les États parties. Cela veut dire faire partie de l’Organisation mondiale de la santé. Il n’y a pas que l’OMS. Il y a également le Conseil de l’Europe, Conseil de l’Europe qui n’est pas une institution de l’Union européenne, qui est une autre.

Une autre chose, j’ai déjà eu l’occasion de le dire. Il y a une assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qui regroupe tous les pays d’Europe, y compris la Russie, y compris l’Islande, la Norvège, le Saint-Marin, Andorre, etc. Il n’y a qu’un seul pays de l’Europe qui n’est pas dans le Conseil de l’Europe, c’est la Biélorussie, dans son assemblée parlementaire de janvier 2021. Elle a pris une résolution qui est la révision 2000 361 sur laquelle je tiens à attirer votre attention, car il comporte quelques éléments d’appréciation qui sont tout à fait importants dans son article 7, paragraphe 3, alinéa 1.

J’aime bien être précis.

l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, auquel appartient la France, bien entendu, demande aux Etats, je cite, de s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions. Éthique sociale ou autre? Pour se faire vacciner s’il ou si elle ne souhaite pas le faire personnellement.

Dans son point 7, paragraphe 3, alinéa 2, le Conseil de l’Europe demande aux Etats membres, donc à la France j’incite, de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner. Je précise aussi d’ailleurs, en ces temps où il est question de plus en plus de faire vacciner les enfants. Je précise que le Conseil de l’Europe a justement indiqué dans sa résolution dans le point 7 paragraphe 4, alinéa 3, que les Etats membres doivent veiller à veiller à ce que les souhaits des enfants soient dûment prises en compte en conformité avec leur âge et leur degré de maturité, lorsque le consentement de l’enfant ne peut pas être donné.

Par exemple, s’il est trop petit de veiller à ce qu’un accord reposant sur des informations fiables et adaptées à son âge soit donné sous d’autres formes. Voilà pour le Conseil de l’Europe.

La vente, donc, ces noms au passeport sanitaire et non à la vaccination généralisée des enfants, soit dit en passant. Il y a des Etats dans le monde, et notamment dans le premier Etat du monde, par la puissance économique et militaire, les Etats-Unis d’Amérique. La secrétaire en charge de la presse à la Maison-Blanche, madame Jen Psaki, a dit début avril a fait cette déclaration. Écoutez bien la porte parole de la Maison-Blanche. Elle a dit, je cite le gouvernement ne le fait pas aujourd’hui et ne soutiendra pas une procédure qui exige de porter sur soi des preuves de vaccination.

Il n’y aura pas de base de données fédérales ou de mandat fédérale exigeant chacun d’obtenir une preuve de vaccination. Donc, M. Joe Biden, dont tous les médias, dont M. Macron et tous les bien pensants ont plein la bouche. Même Joe Biden et son administration disent non au passeport sanitaire obligatoire aux Etats-Unis, Etats-Unis ou d’ailleurs. D’ores et déjà, sept Etats sur 50 ont interdit le passeport vaccinal. Je me plais à les énumérer ici. Il s’agit de l’Arizona, de l’Arkansas, du Dakota du Sud Dakota, de la Floride, de l’Idaho, du Montana et du Texas.

On ne voit d’ailleurs dans des Etats assez éloignés des grandes agglomérations comme l’Hydro Montana et d’autres qui sont des États géants comme la Floride ou bien le Texas. En conclusion, je considère qu’il est inconcevable qu’un passeport vaccinal soit imposé de façon obligatoire et sans consulter les Français à tous les Français. C’est contraire à ce que demande Wilmès. C’est contraire à ce que demande le Conseil de l’Europe. C’est contraire à ce que font les Etats-Unis d’Amérique. S’il faut arrêter avec ces atteintes incessantes aux libertés publiques, le pass sanitaire, ça doit être non.

De la même façon que l’on ne vous demande pas si vous allez dîner ou dans un restaurant ou si vous allez visiter un musée si vous êtes séropositif au virus du sida, si vous êtes vacciné contre la tuberculose ou la rubéole, ou bien si vous avez un cancer, c’est absolument inadmissible. Je vous demande donc de faire diffuser cette vidéo autour de vous et si vous en avez la possibilité de vous mobiliser, mais de vous mobiliser de façon peut être plus efficace que de faire une manifestation en allant voir votre député ou éventuellement votre sénateur si vous le connaissez, mais en allant voir votre député ou en lui écrivant et en lui disant que cela ne peut plus durer et en lui disant que nous tous, collectivement, nous nous souviendrons de ce qu’ils ont ou non avalisé le projet NIEN de passeport sanitaire et nous deviendrons très bientôt puisque des élections législatives, c’est dans un an, en 2022.

Le passeport sanitaire ne doit pas passer. Il ne passera pas. Vive la République et vive la France!

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.