L’Ontario n’utilisera plus le vaccin d’AstraZeneca comme première dose

Le médecin hygiéniste en chef David Williams cite l’augmentation du nombre de thromboses causées par le vaccin pour expliquer la décision de suspendre l’administration de la première dose d’AstraZeneca.

La distribution des secondes doses à ceux qui ont déjà reçu le vaccin d’AstraZeneca est quant à elle à l’étude.

En date du 8 mai, 651 012 doses du vaccin d’AstraZeneca avaient été administrées avec un taux de [thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin] de 0,9 cas par 100 000 doses administrées. 202 873 doses du vaccin [d’AstraZeneca] avaient été administrées avec un taux de [thromboses causées par le vaccin] de 1 cas par 100 000 doses administrées, peut-on lire dans le communiqué.

Or, au cours des derniers jours, il y a eu une augmentation des signalements de [thromboses], avec un taux de 1,7 par 100 000 doses administrées, précise-t-on.

[La thrombose] est un un effet secondaire grave qui pourrait entraîner de graves répercussions sur la santé et potentiellement le décès de personnes, a déclaré le Dr Dirk Huyer, coordonnateur de la riposte provinciale à la pandémie, durant le point de presse.

La seconde dose à l’étude

Le Dr Williams a précisé durant le point de presse qu’il considérait la possibilité de permettre l’administration de secondes doses à ceux qui ont déjà été vaccinés avec le produit d’AstraZeneca.

Nous étudions les données afin d’envisager les options qui s’offrent pour l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca pour les deuxièmes doses et à plus grande échelle dans l’avenir.

Nous observons également les premiers résultats prometteurs de l’administration de deux doses de vaccins différents et nous avons demandé au Comité consultatif national de l’immunisation [CCNI] de fournir des directives sur l’interchangeabilité des vaccins contre la COVID-19, peut-on lire dans le communiqué publié mardi.

Le Dr Huyer a précisé durant le point de presse que la décision au sujet des secondes doses serait prise d’ici juillet.

Huit cas en Ontario

La Dre Jessica Hopkins, cheffe de la protection de la santé et de la protection civile de Santé publique Ontario, a ajouté durant le point de presse qu’en date du 8 mai il y avait eu huit cas de thromboses causées par le vaccin en Ontario et que que les thromboses causées par le vaccin demeurent rares.

Au Canada, au moins 12 cas de thromboses causées par le vaccin ont été confirmés sur plus de deux millions de doses administrées. Trois femmes en sont décédées.

De plus, le communiqué signale que ceux qui ont choisi ce vaccin n’ont pas à s’inquiéter. Nous maintenons que les personnes qui ont reçu leur première dose avec le vaccin d’AstraZeneca ont fait absolument la bonne chose pour prévenir la maladie et pour protéger leurs familles, leurs proches et leurs collectivités.

Le Dr Williams a ajouté que la décision de suspendre l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca était aussi basée sur l’augmentation des livraisons de vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.