Une nouvelle variante du Covid-19 se développe dans le sud de l’Angleterre

Le ministre de la Santé britannique a indiqué lundi que cette mutation a été signalée à l’OMS et qu’elle pourrait être impliquée dans la propagation «exponentielle» du virus dans le sud-est du pays.

Alors que le Royaume-Uni s’apprête à durcir plusieurs de ses restrictions à partir du mercredi 16 décembre, plus de mille personnes ont développé une nouvelle «variante» du Covid-19 dans le sud du pays. Devant les députés, lundi, le ministre de la Santé, Matt Hancock a expliqué que cette mutation a été signalée à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et qu’elle pourrait être impliquée dans la propagation «exponentielle» du virus dans le sud-est de l’Angleterre, sans que l’on sache «dans quelle mesure».

Pour autant, les autorités sanitaires restent confiantes. Rien n’indique qu’elle serait la cause de formes plus graves de la maladie, ni qu’elle ne réponde pas à un vaccin. «Il est trop tôt pour s’inquiéter ou non de cette nouvelle variante», a déclaré à la BBC le professeur Alan McNally de l’université de Birmingham. Selon lui, il est encore impossible à l’heure actuelle de définir si cette mutation rend le virus plus dangereux. Il invite à la prudence et au calme : «Ne soyons pas hystériques. Cela ne signifie pas que c’est plus transmissible ou plus infectieux ou dangereux».

Ce n’est pas la première fois qu’une mutation du Covid-19 est recensée puis déclarée à l’OMS. Les mutations d’un virus sont courantes. Certaines les rendent plus résistants aux traitements ou aux vaccins, qui peuvent être adaptés, mais d’autres n’ont «absolument aucun effet», a commenté dans un communiqué Jonathan Ball, professeur de virologie moléculaire à l’université de Nottingham.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.