Montréal met 53 heures avant d’agir après un cas de coronavirus chez les cols bleus

Selon Hans Marotte, conseiller du syndicat, la CNESST s’est présenté jeudi après-midi dans les bureaux de la rue Bercy afin d’ouvrir une enquête sur cette situation qui fait beaucoup réagir les collègues de la personne infectée.    

«Cette semaine, un employé des travaux publics de la rue Bercy a été diagnostiqué positif. Or, ça prit 53 heures avant que le gestionnaire avise le personnel ainsi que le syndicat de la situation», a fait savoir M. Marotte.     

«Selon nos informations, une enquête épidémiologique n’aurait pas encore été déclenchée. On veut savoir si d’autres employés auraient pu être contaminés.»    

Une fois sur place, des enquêteurs de la CNESST auraient demandé aux employés présents dans les bureaux et locaux de sortir à l’extérieur pour respecter les mesures de distanciations sociales.     

Plusieurs dizaines de cols bleus ont passé plusieurs minutes dehors avant de pouvoir reprendre leurs fonctions en début de soirée.    

C’est le syndicat qui a contacté la CNESST afin de voir si la Ville de Montréal a bien agi dans les circonstances envers les travailleurs.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.