Manifestation antimasque prévue à Rimouski: «pas le temps de venir parader», avertit LeBel

La manifestation antimasque prévue à Rimouski samedi ne doit pas avoir lieu, car elle viendra exacerber les tensions sociales, prévient le député de l’endroit, le péquiste Harold LeBel.

Lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale, mercredi, il s’est dit pour la liberté de parole, mais a averti que dans le contexte actuel, toute manifestation sera vue comme une «provocation».

«Il y a une tension énorme partout, (…) ce n’est pas le temps de venir allumer des feux, ce n’est pas le temps de venir parader», a-t-il déclaré.

«Qu’on commence à faire du covoiturage de Québec pour venir parader dans les rues de Rimouski, là, non, non, non, ça ne passe pas. (…) J’ai entendu les gens de chez nous, on ne veut pas voir ça», a-t-il ajouté.

Le groupe responsable de l’événement, «Organisation Rassemblements Rimouski», a annoncé sur sa page Facebook que le départ se fera à midi devant le poste de la Sûreté du Québec à Rimouski.


« Il y a une tension énorme partout, (…) ce n’est pas le temps de venir allumer des feux, ce n’est pas le temps de venir parader »— Le député Harold LeBel


On prévoit une marche de 30 minutes qui se terminera par un rassemblement au parc Beauséjour, où des conspirationnistes tels que Stéphane Blais et Alexis Cossette-Trudel devraient prendre la parole.

Plus tôt cette semaine, le premier ministre François Legault a annoncé que les manifestations demeurent permises, mais que le port du masque sera obligatoire en tout temps.

M. LeBel ne s’en cache pas; il est inquiet. «On demande à tout le monde de respecter les règles, se distancier, les masques. S’il y a des manifestations, il faut que les règles soient respectées», a-t-il dit.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) et Québec solidaire (QS) ont également soulevé des inquiétudes mercredi, alors que semblent se préparer des manifestations dans plusieurs villes, dont Québec et Montréal.

Ils ont demandé aux policiers de faire preuve de discernement.

«Il faut à tout prix éviter les débordements, a déclaré la cheffe libérale Dominique Anglade. Ce sont eux qui sont les mieux placés pour déterminer la manière dont ils souhaitent opérer dans ce cadre-là.»

«Personne (…) ne veut créer de martyr, personne ne veut alimenter les mouvements antimasques, qui sont dangereux pour le Québec», a renchéri le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois.

Source