Des Sherbrookois reçoivent un lot de vaccins périmés

Une vingtaine de Sherbrookois vaccinés autour du 24 août dernier ont reçu des doses dont la date de péremption était dépassée. © Robert Short/CBC Des citoyens ont reçu des doses du vaccin Moderna qui étaient périmés (archives).

C’est le cas de la Sherbrookoise Ghizlaine Lourini qui ne peut recevoir sa preuve de vaccination parce que la deuxième dose du vaccin contre la COVID-19 qui lui a été injecté est considérée comme n’étant pas valide.

Elle a reçu un appel de la pharmacie pour l’informer qu’elle devait recevoir une troisième dose. 

Cette dernière a été vaccinée dans une pharmacie Jean Coutu dans l’arrondissement de Lennoxville.

J’ai appelé à la pharmacie et on m’a référé à Info-santé. L’infirmière a trouvé ça bizarre que l’on parle de délais. La propriétaire de la pharmacie m’a informé que c’était la dose qui n’était pas valide que ce n’était pas une question de délais», indique Mme Lourini.

Elle mentionne que son passeport vaccinal est en transition.

C’est comme si je n’avais pas eu mes deux vaccins. Le terme non valide ne me dit rien. Qu’est-ce que l’on m’a injecté dans le bras? C’est un peu stressant. Quel est l’impact d’un produit périmé sur mon corps? Est-ce qu’il y aura un impact?», questionne Mme Lourini.

C’est en entrevue à l’émission Par ici l’info qu’elle a reçu une information précise sur son dossier.

Il y avait une personne avant moi et une autre après moi qui ont reçu une dose. J’ai reçu une dose de Moderna. Je ne fais plus confiance à cet endroit. Je ne veux pas y retourner», mentionne Ghizlaine Lourini.

La Direction de santé publique de l’Estrie confirme qu’il y a eu une erreur et qu’effectivement, un vaccin non valide, dont la date de péremption était dépassée, a été administré par la pharmacie concernée. C’est une vingtaine de doses qui ont été données.

Pour assurer une couverture vaccinale adéquate aux personnes touchées par cette situation, une nouvelle deuxième dose reconnue valide est requise. Les personnes concernées ont été appelées pour planifier l’administration de cette nouvelle dose», confirme par courriel le CIUSSS de l’Estrie — CHUS.

La pharmacie impliquée a aussi commenté la situation par courriel.

Dès que nous avons constaté la situation, nous avons réagi rapidement et diligemment. Nous avons communiqué avec la Santé publique et le fabricant et suivi à la lettre leurs recommandations, soit de reprendre la dose de vaccin pour les patients concernés. Nous avons contacté les patients concernés et contactons de nouveau ceux que nous n’avons pas été en mesure de joindre. D’ailleurs, je tiens à remercier les patients de leur compréhension. Tout est mis en place pour reprendre la dose de vaccin dès que possible, dans les délais recommandés par la Santé publique», explique la pharmacienne de Lennoxville.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.