Legault prolonge les mesures d’urgence dans trois régions

Le premier ministre François Legault prolonge jusqu’au 25 avril les mesures d’urgence dans la Capitale-Nationale, dans Chaudière-Appalaches et en Outaouais. Il s’inquiète de la situation devenue « grave avec la hausse des cas et des hospitalisations ».

Dans ces trois régions, le couvre-feu va demeurer à 20 h, les commerces non essentiels resteront fermés et l’apprentissage se poursuivra en ligne pour les élèves du primaire et du secondaire. En outre, pour l’Outaouais et Chaudière-Appalaches, toutes les municipalités de la région devront adopter ces règles à partir de jeudi.

Le gouvernement et la santé publique n’excluent pas de devoir fermer les écoles à Montréal et à Laval si la situation, qui est actuellement stable, mais élevée, devait s’aggraver.

François Legault a annoncé également le passage de la Côte-Nord de la zone jaune à la zone orange, ce qui signifie le retour du couvre-feu à 21 h 30 et la fin des rassemblements autorisés.

La province recense mardi 1490 nouveaux cas, une légère baisse par rapport au bilan des derniers jours. On déplore aussi 12 décès supplémentaires et une hausse de 13 admissions dans les hôpitaux, pour un total de 643. Tout le monde doit rester prudent, surtout les jeunes, a souligné le premier ministre.

Il a mentionné que les masques seront désormais obligatoires à l’extérieur, dès que deux personnes de bulles différentes sont à moins de deux mètres. Une fois assis, au parc par exemple, il est possible de retirer le masque si la distance de deux mètres est respectée.

Ainsi, deux personnes vivant en couple sous deux toits différents devraient porter le masque dans la rue, mais pas quand ils se rencontrent à l’intérieur.

Interrogé sur les études scientifiques servant de base à l’obligation de porter le masque à l’extérieur, le Dr Arruda est resté vague. On n’a pas fait de tests contrôlés à l’extérieur, car c’est difficile à faire, a convenu M. Arruda, qui a invoqué la virulence actuelle des variants.

Pendant ce temps, la campagne de vaccination va bon train. Deux millions de doses des différents vaccins ont été administrées dans la province, selon le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Il s’agit de personnes très vulnérables à la COVID-19 en raison de maladies chroniques(Nouvelle fenêtre) et de certains travailleurs essentiels(Nouvelle fenêtre).

Un premier cas de thrombose lié à AstraZeneca

Par ailleurs, le ministère de la Santé du Québec a confirmé qu’un premier cas de thrombose lié au vaccin d’AstraZeneca a été recensé dans la province.

La dame en question a été prise en charge et se porte bien […]. On a plus de 100 000 personnes qui ont été vaccinées [avec ce vaccin], on n’a qu’un seul cas et la personne se porte bien, a déclaré le ministre Dubé.

Par ailleurs, le vaccin Johnson & Johnson fait lui aussi partie des vaccins à risque de thrombose et son administration est actuellement suspendue aux États-Unis. Le Québec qui doit bientôt recevoir ses premières doses n’envisage pas que cela puisse causer des retards dans les objectifs de vaccination.La Ferrari de Charles Leclerc a dominé la deuxième séance d'essais de vendredi après-midi.

L’analyse du risque est en cours concernant la tenue du Grand Prix du Canada de formule 1 en juin, a indiqué le Dr Horacio Arruda.

PHOTO : GETTY IMAGES / DAN ISTITENE

Pas de décision encore sur le Grand Prix

Concernant la tenue du Grand Prix du Canada de formule 1, le directeur national de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, a mentionné que, d’un point de vue sanitaire, il y a moyen de le tenir à huis clos.

Le Dr Arruda a ajouté que l’analyse du risque est en cours au niveau fédéral concernant les risques de propagation de variants parmi les 2000 personnes gravitant autour de la formule 1 et qui sont appelées à débarquer au pays sans avoir suivi le protocole de quarantaine.

Pour ce qui est de l’aspect financier, rien n’est encore décidé. Si on n’a pas le Grand Prix en 2021, qu’arrive-t-il de notre entente pour 2022 à 2029? s’est questionné M. Legault. Il a ajouté que c’est le principal événement qui a de vraies retombées économiques.

Manque de transparence, selon l’opposition

Lors de la période de questions, la cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade, a notamment souligné que l’obligation du port du masque à l’extérieur et dans les milieux de travail n’avait jamais été présentée en point de presse. Les exemples de manque de transparence et de cohérence sont nombreux. Le résultat : tout le monde est mêlé, même la police.

Au PQParti québécois, le chef parlementaire Pascal Bérubé demande que le Dr Arruda tienne ses propres points de presse afin de pouvoir s’exprimer sans les regards de côté, parfois désapprobateurs, de François Legault. Le parti demande aussi qu’un communiqué de presse détaillant les nouvelles mesures soit publié une heure avant chaque point de presse gouvernemental lié à la COVID-19.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.