Israël : une quatrième dose pour les plus de 60 ans et les soignants

Israël devient le premier pays au monde à administrer une quatrième dose de vaccin contre le Covid-19, selon un porte-parole du premier ministre.

Le premier ministre Naftali Bennett a déclaré mardi que tous les Israéliens de plus de 60 ans et le personnel médical auront droit à une quatrième dose de vaccin contre le Covid-19, après consultation d’un groupe d’experts. «J’ai donné l’ordre de se préparer immédiatement pour le quatrième vaccin, a écrit le premier ministre sur Twitter. Le monde suivra nos pas». Un de ses porte-parole a affirmé qu’Israël était le premier pays au monde à administrer la quatrième dose.

Cette déclaration a été diffusée après une réunion du conseil des ministres à propos de la pandémie, sur fond d’inquiétudes croissantes à cause de la propagation du variant Omicron. La décision du Comité d’experts sur la pandémie d’approuver la quatrième dose est «une excellente nouvelle qui nous aidera à passer à travers la vague d’Omicron qui submerge le monde», selon le premier ministre. «Les citoyens d’Israël ont été les premiers au monde à recevoir la troisième dose de vaccin contre le Covid-19 et nous continuons d’être à l’avant-garde avec la quatrième dose», a-t-il dit dans un communiqué diffusé par ses services, appelant ceux qui remplissent ces critères à «aller se faire vacciner».

1148 cas confirmés et «très probables» d’Omicron

Les personnes immunodéprimées pourront également recevoir la quatrième dose, qui peut leur être administrée, ainsi qu’aux personnes de plus de 60 ans et aux équipes médicales, au moins quatre mois après la troisième injection, a précisé le ministère de la Santé dans un communiqué. Naftali Bennett s’est exprimé après une réunion du conseil des ministres consacrée à Omicron. Le conseil a restreint la restauration dans les centres commerciaux et décrété que les enfants appartenant aux communautés ayant des taux élevés de morbidité et bas de vaccination devraient suivre leurs cours à la maison. Le bureau de Naftali Bennett a ajouté que le premier ministre avait ordonné au ministère de la Santé et aux caisses d’assurance-maladie, qui gèrent les vaccinations, de préparer la campagne d’injection de la quatrième dose.

Plus tôt dans la journée, Israël avait annoncé avoir ajouté les États-Unis, le Canada et plusieurs autres pays à sa liste rouge d’une cinquantaine d’Etats vers lesquels il est interdit de voyager, pour tenter de contenir Omicron. Ces restrictions de déplacements à l’étranger, qui concernaient déjà la France, le Royaume-Uni et la plupart des pays africains, prendront effet mercredi et resteront en vigueur, comme pour les autres pays «rouges» jusqu’au 29 décembre au moins. Les autres pays ajoutés mardi à la liste rouge sont l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, la Hongrie, le Maroc, le Portugal, la Suisse et la Turquie. Ces mesures concernent, dans le cas notamment des États-Unis, des centaines de milliers d’Israéliens ayant une double nationalité.

Les citoyens et résidents israéliens se trouvant dans un pays nouvellement inscrit sur la liste rouge devront se confiner pendant une semaine à leur retour. Le premier ministre avait récemment défendu ces restrictions, nécessaires selon lui pour éviter d’avoir recours à de nouveaux confinements face à cette cinquième vague épidémique, et appelé la population à télétravailler et à faire vacciner les enfants. Mardi, 1148 cas confirmés et «très probables» d’Omicron étaient signalés en Israël, dont plus de la moitié étaient des personnes vaccinées, selon le ministère de la Santé. Plus de 4,1 des 9,3 millions d’habitants d’Israël ont reçu trois doses de vaccins contre le coronavirus. Les enfants de cinq à 11 ans sont actuellement en train d’être vaccinés.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.