Faudra-t-il être vacciné pour voyager dans le « monde d’après »?

L’Australie exigera probablement des personnes souhaitant entrer sur son territoire qu’ils aient au préalable été vaccinés contre la COVID-19, a annoncé mardi un responsable australien, détaillant ce que pourrait être la nouvelle norme sanitaire dans le « monde d’après ».

Aucune décision définitive n’a été prise quant aux restrictions qui seront en vigueur une fois qu’un vaccin contre le coronavirus aura été mis sur le marché, a assuré le secrétaire australien à la Santé Greg Hunt. Mais il a laissé entendre que la condition d’entrée pourrait être une quarantaine stricte de deux semaines, ou une vaccination.

De son côté, le patron de la compagnie aérienne australienne Qantas a indiqué que celle-ci exigera des passagers prenant ses vols internationaux qu’ils soient vaccinés au préalable.

Nous envisageons de changer nos conditions d’utilisation pour les voyageurs internationaux, pour leur dire que nous demanderons aux gens de se faire vacciner avant de pouvoir monter à bord de l’avion.Alan Joyce, PDG de Qantas, en entrevue à Channel Nine

Pour les vols intérieurs, il faudra voir ce qui se passe pour la COVID-19 mais pour les voyageurs internationaux arrivant en Australie et pour les gens qui quittent le pays, nous pensons que c’est une nécessité, a-t-il poursuivi.

De son côté, M. Hunt a affirmé: Nous nous attendons à ce que les gens qui viennent en Australie alors que la COVID-19 reste une maladie grave dans le monde soient ou bien vaccinés, ou alors placés à l’isolement.

L’Australie a fermé ses frontières depuis mars pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Plusieurs dizaines de milliers d’Australiens sont de ce fait bloqués à l’étranger, le gouvernement n’autorisant le retour que d’un nombre limité de ses ressortissants chaque semaine.

Cette politique d’isolement semble avoir porté ses fruits, puisque le pays n’a enregistré depuis le début de la pandémie que 907 décès pour un peu plus de 27 800 cas.

Au moment où le développement de vaccins semble s’accélérer, M. Hunt a laissé entendre que les Australiens pourraient commencer à se faire vacciner dès mars.

Le PDG de Qantas, de son côté, a dit s’attendre à ce que la vaccination obligatoire pour monter dans un avion soit une mesure qui se généralise dans le monde du transport aérien, alors que les gouvernements et les compagnies aériennes réfléchissent actuellement, selon lui, à l’instauration de carnets électroniques de vaccination.

D’autres grandes compagnies aériennes ont cependant jugé qu’il était trop tôt pour s’avancer sur ce que seraient les exigences en matière de transport aérien une fois qu’un vaccin sera largement disponible.

Nous n’avons aucun projet concret à annoncer à ce stade au sujet du vaccin, car il est toujours en train d’être développé et qu’il faudra du temps pour qu’il soit distribué, a déclaré à l’AFP un responsable de Korean Air.

Japan Airlines a également affirmé ne pas avoir le projet de demander aux voyageurs étrangers de se faire vacciner, demandant pour l’instant à ses passagers de suivre les règles de leur pays de destination, comme le fait de se faire tester.

Frappée de plein fouet, comme toutes les autres compagnies aériennes du monde, par le ralentissement brutal du trafic aérien dû à l’épidémie, Qantas a supprimé 8500 emplois et cloué au sol plus de 200 avions.

Plusieurs compagnies se sont totalement effondrées à cause de la pandémie, et notamment Virgin Australia, LATAM et Flybe.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.