Les militaires participeront à l’effort de distribution du vaccin à venir

Alors que la société Moderna annonce avoir mis au point un vaccin efficace contre la COVID-19, les Forces armées canadiennes confirment qu’elles seront mises à contribution pour assurer la distribution des millions de doses que devrait obtenir le Canada durant le premier trimestre de 2021.

Le vaccin produit par Moderna, qui est efficace à 94,5 %, est le deuxième à susciter de vifs espoirs aux quatre coins de la planète en une semaine. Lundi dernier, les compagnies Pfizer (États-Unis) et BioNTech (Allemagne) ont dévoilé des données préliminaires sur leur vaccin contre la COVID-19 qui démontraient une efficacité de 90 %.

Dans les deux cas, le gouvernement Trudeau a déjà conclu une entente lui permettant d’obtenir des millions de doses pour vacciner l’ensemble de la population canadienne.

Le Canada a signé une entente avec Moderna lui permettant d’obtenir 20 millions de doses du vaccin, baptisé ARNm-1273, avec des options d’achat de 36 millions de doses supplémentaires, a-t-on confirmé à La Presse lundi.

Et le gouvernement Trudeau a également conclu une entente lui garantissant l’équivalent de 76 millions de doses du vaccin développé par Pfizer et BioNTech. Cela permettrait d’offrir un vaccin à l’ensemble de la population canadienne dans les mois qui suivront son approbation.

Rappelons que ce vaccin nécessite deux doses, lesquelles doivent être administrées à trois semaines d’intervalle, et que le Canada compte environ 38 millions d’habitants.

Au cours des derniers mois, le gouvernement Trudeau a mis le pied sur l’accélérateur afin de conclure des ententes avec plusieurs sociétés pharmaceutiques engagées dans une course contre la montre pour développer un vaccin. Le but était d’éviter de « mettre tous nos œufs dans le même panier », a-t-on fait valoir.

Résultat : le Canada a sécurisé avec ces compagnies l’équivalent de 414 millions de doses de ces vaccins en développement.

« La stratégie d’approvisionnement du Canada est claire : sur les conseils des experts en épidémiologie et en santé publique, nous avons investi dans le portfolio de vaccins COVID-19 le plus diversifié au monde », a indiqué la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand, dans un courriel à La Presse.

« Dans l’intérêt de la santé et du bien-être des Canadiens, nous ne pouvons pas nous permettre de miser sur un seul vaccin. C’est pourquoi nous avons obtenu l’accès à sept vaccins candidats de premier plan et avons rejoint COVAX. Nous n’avons pas mis tous nos œufs dans le même panier », a-t-elle ajouté.

« L’approche responsable du Canada nous a mis en position de force, avec les premières livraisons devant arriver au cours du premier trimestre de 2021, sous réserve de l’autorisation de Santé Canada. En bref, quand un vaccin sera prêt, le Canada sera prêt. »

Témoignant par visioconférence devant le comité de la défense de la Chambre des communes, lundi, le major-général Trevor Cadieu, qui est directeur de l’état-major, Interarmées stratégiques, a indiqué que les Forces armées canadiennes sont à mettre un point un plan national de distribution du vaccin qui sera choisi par le gouvernement pour immuniser la population canadienne.

Ce plan est élaboré de concert avec l’Agence de la santé publique du Canada. « Nous travaillons avec optimisme et enthousiasme dans le cadre du groupe de travail sur la distribution du vaccin COVID-19. Plus précisément, les Forces armées canadiennes aident à élaborer un plan de soutien logistique pour le déploiement du vaccin », a déclaré le major général Trevor Cadieu.

« Nous aidons à établir un centre opérationnel national qui supervisera la distribution du vaccin », a-t-il déclaré. « Ce sera le centre de commandement et de contrôle qui coordonnera la distribution d’un vaccin COVID-19 à travers le pays », a-t-il précisé.

La distribution du vaccin produit par Pfizer et BioNtech pourrait être un défi important. Il doit être conservé à une température de -75 degrés. Pour sa part, le vaccin de Moderna doit être entreposé dans des installations aux températures de réfrigération standard de 2 à 8 degrés Celsius pendant 30 jours. Il pourrait donc être distribué en utilisant des infrastructures de distribution et de stockage de vaccins largement disponibles.

En fin de journée, le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos, qui fait partie du comité ministériel de la COVID-19, a indiqué que la distribution du vaccin sera un défi important.

« Avoir accès à un vaccin est évidemment quelque chose de formidable. Mais le transporter, le stocker, l’administrer est essentiel. C’est pourquoi nous allons utiliser toutes les ressources que les Canadiens peuvent rassembler pour le faire », a-t-il dit.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.