Avec le déconfinement, les Anglais retrouvent les terrasses des pubs

Les Anglais ont réinvesti lundi terrasses de pubs et salons de coiffure au terme d’un long hiver confiné, tandis que l’Inde devenait le deuxième pays le plus touché par la COVID-19, dépassant le Brésil, après un nouveau record de plus de 168 000 contaminations par jour.

Dans les pubs londoniens, certains étaient à la Guinness, d’autres avaient choisi un déjeuner à l’anglaise — saucisse, haricots et œufs — accompagné d’une boisson chaude. « Cheeeeers ! », lançaient-ils en levant leur verre, téléphone intelligent à la main pour immortaliser le moment avec un égoportrait.

« Ça arrive enfin ! »

« Ça arrive enfin, après tous ces mois ! », s’exclame Kobi Wise, 32 ans, en savourant une bière fraîche dans le « beer garden » du Half Moon, pub de l’Est londonien, auquel il s’est rendu dès l’ouverture.

À Oxford Street, l’une des principales artères commerçantes de Londres, des clients masqués ont formé des queues devant des magasins de vêtements dès 05 h 30, bravant le froid deux heures avant les premières réouvertures de commerces non essentiels.

À travers l’Angleterre, les coiffeurs sont surmenés, certains ayant rouvert dès minuit pour répondre à la demande.

Ces scènes sont rendues possibles grâce à une nette amélioration de la situation sanitaire au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe avec plus de 127 000 morts, sous l’effet d’un strict confinement et d’une vaccination massive.

Le pays, confiné pour la troisième fois début janvier, compte désormais moins de 3000 nouveaux cas et moins de 50 décès par jour. Moins de 3000 patients atteints de la COVID-19 sont désormais traités dans les hôpitaux, contre près de 40 000 en janvier.

Le Royaume-Uni vaccine aussi à tour de bras : près de 60 % de la population a reçu une première dose, dont la grande majorité des plus de 50 ans.

Des allègements de restrictions sanitaires sont également attendus cette semaine en Italie, en Irlande, en Slovénie et en Grèce.

En Belgique, des experts suggèrent de mettre en place des dispositifs de sécurité (désinfection, ventilation des locaux) sous le contrôle des pouvoirs publics pour rouvrir restaurants et salles de spectacle.

L’Allemagne a pour sa part franchi le seuil des 3 millions de contaminations depuis le début de la pandémie. La chancelière Angela Merkel s’est prononcée en faveur d’un reconfinement national pour une brève période.

L’Inde dépasse le Brésil au chapitre des infections

L’Inde, pays de 1,3 milliard d’habitants, est devenue lundi le deuxième pays le plus touché par la pandémie, dépassant le Brésil.

Il a enregistré une augmentation rapide des nouvelles infections ces dernières semaines, portant le nombre total de cas à 13,5 millions, contre 13,48 millions enregistrés au Brésil.

« Le pays entier a été complaisant — nous avons autorisé les rassemblements sociaux, religieux et politiques », a déclaré à l’AFP Rajib Dasgupta, professeur de santé à l’Université Jawaharlal Nehru. « Plus personne ne faisait la queue [pour respecter la distanciation physique]. »

Le pays a enregistré plus de 873 000 nouvelles contaminations ces sept derniers jours (+70 %), selon les données compilées par l’AFP.

« La solution est que chacun reste chez soi pendant deux mois et que l’on mette fin à cette [pandémie] une bonne fois pour toutes », a estimé Rohit, 28 ans, serveur dans un restaurant populaire de Bombay.

En comparaison, le Brésil a enregistré un peu plus de 497 000 nouveaux cas, avec une tendance à la hausse de 10 % par rapport à la semaine précédente. Les États-Unis, pays le plus touché, ont signalé un peu moins de 490 000 cas, avec une tendance à la hausse de 9 %.

En France, la vaccination était élargie dès lundi à toutes les personnes âgées de 55 ans et plus. Elles recevront le vaccin d’AstraZeneca ou celui de Johnson & Johnson, livré à partir de lundi. La cadence de la campagne vaccinale est un enjeu crucial, au moment où le pays est frappé par une violente troisième vague.

Ramadan sous contrainte

Des millions de musulmans s’apprêtent à entrer cette semaine dans le jeûne sacré du ramadan, l’un des cinq piliers de l’islam. En raison de la pandémie, presque tous les pays musulmans ont imposé des restrictions aux fidèles, leur demandant de prier chez eux, instaurant parfois des couvre-feux.

La pandémie de COVID-19 a fait au moins 2 937 355 morts dans le monde, selon un bilan établi par l’AFP lundi à partir de sources officielles.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.