La COVID-19 n’a pas voyagé avec les touristes

Du tourisme en pleine pandémie, c’est possible. Dans plusieurs régions prisées cet été, on constate avec soulagement que l’arrivée massive de vacanciers n’a pas causé de vague de contaminations par la COVID-19, comme le craignaient des citoyens et des élus.

Dans la pittoresque Gaspésie, depuis le début de la saison estivale, moins de cinq touristes ont reçu un diagnostic positif durant leur séjour, « mais ils sont retournés chez eux sans avoir contaminé personne », rapporte le directeur régional de santé publique, le Dr Yv Bonnier Viger. Au moment d’écrire ces lignes, il n’y a aucun cas actif sur ce territoire. 

« L’été n’est pas fini, mais jusqu’ici, on n’a presque pas de cas, et le tourisme n’a eu à peu près aucun effet », remarque le médecin.

Comme plusieurs de ses homologues régionaux, le Dr Bonnier Viger constate que si une minorité des visiteurs a pu être délinquante au regard des consignes sanitaires, la « grande majorité » était responsable. Il est convaincu que le respect des règles — distanciation, lavage des mains, port du masque — fut « déterminant ».

Rester sur ses gardes

« Ça renforce finalement l’idée que si on est capables de respecter les règles de base, on pourrait éventuellement, même, s’épargner une deuxième phase » d’infections cet automne, espère-t-il, en invitant à ne pas baisser la garde parce que le virus reste « présent ».

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean et sur la Côte-Nord, le dépistage massif chez les travailleurs agricoles et des éclosions localisées ont produit quelques cas, mais le tourisme ne semble pas en cause là non plus, indique le Dr Donald Aubin, directeur régional de santé publique pour ces deux régions. « Nos enquêtes révèlent qu’on n’a pas eu de transmission — dans aucun cas — par le tourisme […]. On a des cas sporadiques, mais que l’on n’est pas capable d’associer du tout aux visiteurs », mentionne-t-il.

Dans des régions plus peuplées, comme dans les Laurentides et dans la Capitale-Nationale, le bilan des contaminations est plus important, même s’il s’est amélioré depuis le printemps : depuis le début juin, des centaines de nouveaux cas et des dizaines de décès. Or, d’après les autorités sanitaires régionales, l’abondance de touristes aurait peu à voir avec ce bilan.

Pas d’impact notable

Dans les Laurentides, par exemple, on pointe surtout du doigt des éclosions dans deux hôpitaux et dans des milieux de travail, en plus de comportements à risque au cours de certains événements sportifs et privés. « Pour l’instant, on n’a pas noté d’impact notable associé au tourisme sur la transmission du coronavirus », indique le Dr Éric Goyer, directeur régional de santé publique.

Selon lui, l’industrie touristique, qui a fait « beaucoup d’efforts » pour se conformer aux directives gouvernementales, devra néanmoins rester très vigilante puisque l’activité touristique va se poursuivre avec la cueillette des pommes cet automne, et plus tard la pratique des sports d’hiver, qui pourraient apporter d’autres défis.

Dans la Capitale-Nationale, on dénote quelques cas de vacanciers ayant infecté au moins une personne durant leur séjour, « mais c’est un phénomène marginal », soutient un porte-parole du CIUSSS, Mathieu Boivin. 

Dans le secteur de Charlevoix, très visité, l’incidence de nouveaux cas est demeurée l’une des plus faibles de la région, selon le CIUSSS.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.