Coronavirus : l’Outaouais pourrait ne pas rouvrir en même temps que le reste du Québec

Alors que le premier ministre François Legault envisage d’alléger les mesures restrictives liées à la COVID-19 au Québec, la Ville de Gatineau songe plutôt à suivre les consignes de l’Ontario.

En entrevue à CBC vendredi, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a indiqué que l’Outaouais pourrait être l’exception québécoise quant à l’allégement des mesures.

C’est toujours la question délicate dans cette région. J’ai eu des discussions avec le ministre responsable de l’Outaouais, [Mathieu Lacombe ], nous avons abordé la question. Des changements pourraient être apportés dans la région, mais nous pourrions avoir encore des policiers qui arrêtent les gens sur les ponts. Nous aimerions le faire [suspendre la présence des policiers sur les ponts], mais je veux agir de la façon la plus prudente que possible. La COVID-19 tue des gens, donc je sais que nous ne voulons pas faire ça, a dit le maire Pedneaud-Jobin en entrevue.

Le maire de Gatineau en conférence de presse.

Maxime Pedneaud-Jobin, a dit que l’Outaouais pourrait être l’exception québécoise quant à l’allégement des mesures de confinement.

PHOTO : RADIO-CANADA

Empêcher les gens de se rendre en visite dans la région, si cela aide du point de vue de la santé publique, je pense que nous devrions continuer à le faire aussi longtemps que nécessaire.Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Selon le maire, samedi dernier uniquement, plus de mille personnes ont été interceptées par les policiers sur les ponts entre Ottawa et Gatineau. Environ 9 % d’entre eux voulaient venir en Outaouais pour un voyage non essentiel, soutient le maire.

Un plan de relance devrait être annoncé la semaine prochaine par le gouvernement du Québec. Un déconfinement étape par étape n’est pas exclu au Québec, notamment dans des secteurs où il y a moins de risques et si la distance de deux mètres peut être respectée.

Suivre le reste du Québec?

Le directeur général de Vision centre-ville de Gatineau, Stefan Psenak, croit pour sa part que l’Outaouais devrait suivre le reste du Québec malgré la situation frontalière particulière de la région.

Les accès pourraient [continuer] à être contrôlés pour éviter les flux entre les deux rives. Évidemment, ça n’empêche pas qu’il y a différents secteurs d’activité qui pourraient être rouverts de notre côté.Stefan Psenak, directeur général de Vision centre-ville de Gatineau

La priorité, selon M. Psenak, c’est que les choses se fassent de la meilleure façon possible.

Stefan Psenak, devant une maison placardée du Vieux-Hull.

Stefan Psenak, directeur général de Vision centre-ville de Gatineau, croit que certains secteurs d’activités devraient reprendre.

PHOTO : RADIO-CANADA / JÉRÔME BERGERON

Comme dans d’autres pays qui ont repris leurs activités, en vertu des meilleurs pratiques, ajoute-t-il. L’économie doit reprendre, c’est clair, nos commerces souffrent, mais en même temps, il faut que les choses se fassent comme il faut, sans quoi, une deuxième vague pourrait arriver plus vite que prévu.

De son côté, Benoit Lauzon, préfet de la MRC de Papineau, dit faire confiance à la santé publique du Québec. 

Moi je ne ferai pas de pression politique pour enlever le confinement présentement, l’importance, c’est la santé des citoyens de l’Outaouais.Benoit Lauzon, préfet de la MRC de Papineau

Selon lui, les résidents de l’Outaouais vont du côté de l’Ontario autant que les résidents d’Ottawa se rendent en Outaouais.

Je pense qu’il faut s’arrimer ensemble et voir comment on fait le déconfinement, les deux provinces doivent se parler à ce niveau-là. Je pense que l’on contrôle très bien entre les deux régions et il faut continuer, conclut-il.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.