Coronavirus : pénuries de papier de toilette dans les Costco du Canada.

Ça part comme des petits pains chauds, ça n’a pas de bon sens, raconte une commis du Costco d’Anjou à Colette, une cliente qui cherche désespérément des rouleaux de papier de toilette. Mais le magasin n’en a plus. Les tablettes ont été dévalisées juste après l’ouverture.

Mardi, une douzaine d’autres magasins-entrepôts de la région de Montréal faisaient face à la même pénurie, créée par la peur du coronavirus.

« On n’a jamais vu ça », explique la gérante d’un Costco de la banlieue de Montréal qui n’a pas obtenu l’aval de sa direction pour nous parler.

On a vendu en une journée ce que l’on vend habituellement en une semaine, raconte pour sa part un employé du Costco de Terrebonne. Les gens ont peur d’en manquer en cas d’isolement.

Plusieurs personnes à la recherche de papier-toilette dans les allées de Costco préféraient rire de la situation. J’ai mon voyage, lance une cliente rencontrée à Boucherville. Je ne comprends pas la logique. C’est démesuré.

Les gens exagèrent. C’est trop de panique.

D’autres Costco ailleurs au Québec et au Canada ont vécu le même scénario dans les derniers jours, notamment à Gatineau, Saguenay, Lévis, Calgary, Edmonton et Vancouver.

Les autres chaînes d’épiceries et de pharmacies semblent avoir été épargnées, pour le moment.

L’entreprise Cascades, qui produit du papier hygiénique surveille la situation.

Pour l’instant, on n’est pas encore en situation de crise, dit la directrice des communications, Christine Beaulieu. Notre priorité, c’est d’assurer la sécurité des employés, des opérations et de la chaîne d’approvisionnement.

Le risque de perturbation de nos activités reste faible à l’heure actuelle.

Dans plusieurs Costco, comme ici à Monton, il ne restait plus à vendre que du papier essuie-tout et des mouchoirs.

Photo : dwolfie21/Twitter

Pourquoi le papier de toilette?

Au Costco d’Anjou, nous rencontrons Hicham, le chariot plein de provisions « pour un mois ou deux ». Je suis venu avec ma femme à cause du coronavirus, explique-t-il. J’ai peur que tout soit fermé comme en Italie.

Plusieurs clients craignent d’être isolés chez eux en quarantaine et de manquer de denrées.

Les images venues des médias étrangers ont aussi marqué certains clients, comme les scènes de bagarres pour du papier de toilette en Australie. Là-bas, des épiceries sont allées jusqu’à rationner les rouleaux et les ont fait protéger par des gardiens de sécurité.

À Hong Kong, deux hommes ont même braqué à main armée un livreur pour lui dérober des centaines de rouleaux.

Les paquets de papier hygiénique étant volumineux, ce sont des produits qu’on retrouve en plus petit nombre dans les épiceries. Une vague d’achat inhabituelle peut créer une rupture de stock temporaire.

Des petites réserves, dit le gouvernement fédéral

Dans le contexte de la propagation du coronavirus, Ottawa recommande aux citoyens de « s’approvisionner en biens essentiels » pour éviter de sortir en cas de maladie, mais « d’éviter les achats en panique ».

Le gouvernement fédéral conseille une liste de fournitures que tout le monde devrait avoir à la maison, COVID-19 ou pas. Cette liste inclut, entre autres, le papier hygiénique et des denrées non périssables.

Ottawa n’a jamais recommandé de faire des provisions pour des mois, voire des années.

Les gens capotent comme des moutons, dit un employé du Costco de Laval, également en pénurie de papier hygiénique. Ils achètent trois gros paquets sans réaliser qu’un seul va leur durer un an et demi.

Des personnes poussent leur chariot, rempli de denrées et de papier de toilette, au Costco de Vancouver, mardi.

Photo : Radio-Canada / Mugoli Samba

« Quand l’être humain a peur, il devient irrationnel »

La peur virale ou l’épidémie de peur cause des comportements d’autoprotection, explique François Richer, neuropsychologue et professeur au Département de psychologie de l’UQAM. Le problème, c’est de rester dans son inquiétude et de trop anticiper.

Le neuropsychologue pense que dans le cadre de la propagation du coronavirus, il faut prendre ça comme une nouvelle normalité. C’est-à-dire que ça va être comme ça pour un petit bout. Il y a des choses à faire, à prévoir, mais calmement.

Quand l’être humain a peur, il devient irrationnel, analyse pour sa part la présidente de l’Ordre des psychologues du Québec, Christine Grou. C’est une tentative de prise de contrôle d’un phénomène sur lequel on n’a pas de prise. Et quand on n’a pas le contrôle, on sait que c’est un grand stresseur.

L’épidémie de la peur est devenue plus contagieuse que le virus et parfois ça fait plus de dommages.

Selon Steven Taylor, professeur expert en psychologie des pandémies à l’Université de la Colombie-Britannique, l’espèce humaine est une « espèce imitatrice », ce qui la pousserait à la reproduction de comportements d’achats compulsifs.

Lorsqu’une personne commence à agir de manière effrayée, ça peut devenir contagieux, ajoute M. Taylor.

Avec la collaboration de Mugoli Samba, 24|60 et Tout un matin

This content was originally published here.

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.