Coronavirus: l’OMS revient sur sa position en condamnant les confinements.

Les confinements ont été utilisés pour contrôler le coronavirus dans le monde entier, plongeant des millions de vies dans le chaos. Maintenant, l’OMS a changé d’avis.

L’Organisation mondiale de la santé a mis en garde les dirigeants contre le recours au confinement du COVID-19 pour lutter contre les épidémies – après avoir précédemment déclaré que les pays devraient faire attention à la rapidité avec laquelle ils rouvrent.

L’envoyé de l’OMS, le Dr David Nabarro, a déclaré que de telles mesures restrictives ne devraient être traitées qu’en dernier recours, a rapporté le magazine britannique The Spectator dans une interview vidéo.

«Nous, à l’Organisation mondiale de la santé, ne préconisons pas les confinements comme principal moyen de contrôle de ce virus», a déclaré Nabarro.

“La seule fois où nous pensons qu’un confinement est justifié, c’est pour vous donner du temps pour vous réorganiser, vous regrouper, rééquilibrer vos ressources, protéger vos agents de santé qui sont épuisés, mais dans l’ensemble, nous préférons ne pas le faire.”

Nabarro a déclaré que des restrictions sévères causaient des dommages importants, en particulier à l’économie mondiale.

«Les lock-out n’ont qu’une seule conséquence que vous ne devez jamais rabaisser, et qui rend les pauvres beaucoup plus pauvres», a-t-il déclaré.

Il a ajouté que les confinements ont gravement touché les pays qui dépendent du tourisme.

“Il suffit de regarder ce qui est arrivé à l’industrie du tourisme dans les Caraïbes, par exemple, ou dans le Pacifique parce que les gens ne prennent pas leurs vacances”, a déclaré Nabarro au journal.

«Regardez ce qui est arrivé aux petits exploitants du monde entier. Regardez ce qui arrive aux niveaux de pauvreté. Il semble que nous pourrions bien avoir un doublement de la pauvreté dans le monde d’ici l’année prochaine. Nous pourrions bien avoir au moins un doublement de la malnutrition infantile. »

L’agence des Nations Unies avait précédemment mis en garde les pays contre la levée des confinements trop tôt lors de la première vague du virus.

«La dernière chose dont un pays a besoin est d’ouvrir des écoles et des entreprises, pour être obligé de les fermer à nouveau en raison d’une résurgence», a déclaré le Directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Mais Tedros avait exhorté les pays à renforcer d’autres mesures, y compris des tests généralisés et la recherche des contacts, afin qu’ils puissent rouvrir en toute sécurité et éviter de futurs confinements.

«Nous devons parvenir à une situation durable dans laquelle nous avons un contrôle adéquat de ce virus sans mettre complètement fin à nos vies, ou passer du confinement au confinement – ce qui a un impact extrêmement néfaste sur les sociétés», a-t-il déclaré.

Source

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.