François Legault veut imposer « une contribution santé » aux non vaccinés

Le Québec fixera sous peu le montant d’« une contribution santé » qui sera imposée aux personnes qui n’auront pas reçu une première dose de vaccin contre le coronavirus, dans les semaines à venir. C’est ce que le premier ministre François Legault a annoncé en point de presse, mardi.

La contribution sera imposée aux personnes qui refusent de se faire vacciner sans raison valable.

L’idée, c’est de dire à toutes les personnes qui ne sont pas vaccinées, pour des raisons non médicales, qu’elles auront une contribution à payer», dit François Legault.

Pour le premier ministre, les 10 % de Québécois – qui n’ont reçu à ce jour aucune dose de vaccin – ne doivent pas nuire» aux 90 % qui se sont fait vacciner.

Par ailleurs, le premier ministre est revenu sur la démission du Dr Horacio Arruda, qui a passé deux ans à gérer la pandémie de COVID-19.

Le directeur national de santé publique du Québec a offert lundi sa démission au premier ministre François Legault, qui l’a acceptée.

Le premier ministre est accompagné, en conférence de presse, du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, ainsi que du nouveau directeur national de santé publique par intérim, Luc Boileau, qui était président-directeur général de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS).

La nomination par intérim de Luc Boileau a été confirmée par François Legault.

Le premier ministre du Québec a affirmé qu’il n’était pas facile d’être devant les médias tous les jours, comme avait eu à le faire Horacio Arruda. Il a tenu à remercier ce dernier.

François Legault affirme qu’il y a des avantages», à ce stade-ci, de confier ces importantes responsabilités à une autre personne, après presque deux ans de pandémie.

En poste depuis 2012, le Dr Horacio Arruda avait été reconduit dans ses fonctions pour trois ans en juin 2020. L’étoile de celui qui avait d’abord su rassurer le public, lors de la première vague, avait beaucoup pâli ces derniers temps. Sa gestion avait d’ailleurs été critiquée dans la foulée de la déferlante du variant Omicron du coronavirus, qui entraîne une explosion des cas de COVID-19 et malmène la capacité hospitalière du Québec.

Le Dr Arruda explique dans sa lettre de démission avoir donné le meilleur de [lui]-même, avec le bagage et l’expérience qui sont les [siens]». Il souligne que ses collègues et lui-même ont combattu sans relâche pour diminuer au maximum l’impact de cette terrible pandémie de COVID-19».

Source

Destitution-Legault
Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.