Presque tous les commerces pourront rouvrir le 4 mai au Québec

Les chantiers de construction, les entreprises du secteur manufacturier et les commerces qui ont une porte donnant sur l’extérieur pourront graduellement rouvrir en mai, selon le plan de relance présenté par le premier ministre du Québec François Legault et son ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon.

Cette reprise, annoncée de longue date comme étant graduelle, s’effectuera donc sur une base géographique et sectorielle.

Ainsi, le secteur du commerce de détail reprendra vie dès le 4 mai partout au Québec, à l’exception de la grande région de Montréal, qui devra attendre au 11 mai.

Les établissements de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) reprendront du service une semaine après les autres, comme cela a été annoncé lundi pour les écoles primaires. Cette situation s’explique par le fait que l’épidémie de coronavirus sévit davantage dans la grande région métropolitaine qu’ailleurs en province.

Pour ce qui est de la construction, les activités reprendront le 11 mai partout au Québec, tout comme les entreprises manufacturières. Mais dans ces deux domaines, le Grand Montréal devra pour sa part attendre le feu vert de la santé publique.

À noter que les centres commerciaux demeurent donc fermés jusqu’à nouvel ordre. Il en va de même pour les salles à manger des restaurants, les boutiques de soins personnels, les lieux de diffusion, ainsi que les secteurs culturel et touristique.

Le gouvernement Legault a par ailleurs prolongé la fermeture des commerces le dimanche, à l’exception des pharmacies, des dépanneurs, des stations-service, des commandes pour emporter dans les restaurants et des services de livraison des épiceries.

Toute l’opération de relance s’accompagnera de mesures sanitaires et d’hygiène supervisées par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Cette annonce survient alors que le bilan provincial a grimpé à 1682 morts des suites de la COVID-19, soit 83 de plus qu’hier. Au total, 25 757 personnes ont été infectées au coronavirus dans la province.

Des questions en suspens

Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, s’attend à ce que le gouvernement Legault soit clair dans ses directives.

Tout ce que le gouvernement pourra faire pour réduire ces incertitudes – que ce soit sur les dates de réouverture, les heures de travail, les mesures sanitaires à appliquer sur les lieux de travail – va aider les entreprises.Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Le directeur général du Conseil québécois du commerce de détail, Stéphane Drouin, anticipe déjà que l’accueil de la clientèle dans un contexte d’éloignement social constituera un réel défi supplémentaire pour certains commerçants.

Pour que les gens retournent dans des magasins qui n’offrent pas des produits essentiels, il faut que l’expérience client demeure agréable, souligne-t-il.

Pour aller acheter des vêtements, de l’équipement sportif [les gens vont] là avec un certain plaisir. Si l’expérience n’est pas agréable, ça va devenir lourd, donc je ne suis pas sûr que ça va être très bon pour l’achalandageStéphane Drouin, directeur général du Conseil québécois du commerce de détail

Pour les services qui exigent de facto une certaine proximité avec les clients, les questions se multiplient d’ores et déjà, explique Stéphane Roy, président de l’Association coiffure Québec et propriétaire de plusieurs salons.

Est-ce qu’on va obliger notre cliente à porter un masque? […] Est-ce qu’on travaille une place sur deux? Il y a plein de choses à considérer. Est-ce qu’on veut des plexiglas, des visières?, s’interroge-t-il.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.