Christian Perronne au Défi de la vérité, le retour

Bonsoir à tous! Sa dernière apparition ici même sur ce plateau de France Soir pour Le défi de la vérité a fait plus d’un million de vues sur YouTube. Autant dire qu’il est extrêmement populaire aujourd’hui. Professeur Perrotte. Bonjour, bonjour. Je rappelle que vous êtes professeur en maladies infectieuses à Garches, à Paris.
Vous venez de rééditer un livre qui s’appelle qui s’intitule Y a t il une erreur qu’ils n’ont pas commise? Pourquoi cette réédition?

C’est le même livre qui est un format livre de poche, parce que le livre a eu beaucoup de succès. Il a intéressé le livre de poche. Ce qui a changé pour l’instant, c’est juste l’introduction d’une introduction de plusieurs pages qui actualise un petit peu ce que je dis dans l’édition qui était sorti au mois de juin.
Dans ce livre, c’est intéressant d’en reparler là. Aujourd’hui, il y a notamment onze mesures, onze mesures iniques prises par le gouvernement. On peut les détailler. Ces mesures, qui commencent notamment par le masque.
Le masque, effectivement, a toujours été justifié pour des personnes qui ont des symptômes. On le recommande dans la tuberculose, dans différentes infections respiratoires. Quand un malade, tout ce qui crache pas disséminés dans la pièce, dans l’atmosphère autour de lui et pour les personnes qui sont en contact étroit, en premier lieu les soignants. Quand un tuberculeux vous crache dessus, c’est bien que le tuberculeux et un masque pour pas disséminés dans la pièce, c’est que le soignant est un masque.
Donc, il y a des règles qui existent depuis longtemps. Comment utiliser un masque? C’est tout à fait justifié dans certaines circonstances comme dans ce cas. Ce qui me semble totalement ahurissant, c’est que ça fait des mois et des mois qu’on n’obligent vous rendez compte en obliges, sous peine d’amende des Français à porter un masque dans la rue, ce qui n’a strictement aucun intérêt. Et si vous regardez même l’eau? MS L’eau est mince quand même, écrit encore il y a quelques jours en disant Le masque est totalement inutile chez quelqu’un qui n’a pas de symptômes.

Et pourtant, un autre ministre no go. Notre gouvernement continue à nous imposer le masque et l’impose aux enfants, ce qui est terrible parce qu’il y a des études qui montrent que les enfants peuvent avoir un peu de virus, mais ne sont pas des gros transmetteurs. Ils sont rarement malades et en tout cas, à part quelques formes exceptionnelles, jamais de formes graves. Donc voilà, on impose le masque comme un dogme pour nous bâillonner, je dirais, mais ça n’a aucune justification scientifique.

Il y a même une étude au Danemark sur des milliers de gens qui qui a comparé des gens qui portaient un masque. Pas de masque, pas plus de contamination dans le couple qui n’a pas de masque. Je ne dis pas que je ne suis pas un anti masque. Le masque a des indications précises que je dis tout à l’heure, mais le masque en population générale, surtout dans la rue, n’a strictement aucun intérêt.

Vous parlez des masques? Vous parlez des tests, mais on ne va pas éplucher toutes les mesures les unes après les autres, sinon on y sera encore demain. Vous parlez surtout de la chloroquine et du protocole raouts en disant que finalement, la moitié aujourd’hui de la planète s’est ralliée véritablement à cela.

Et ce n’est pas moi qui le dit maintenant depuis que j’ai écrit le livre au mois de juin. Maintenant, il y a plus de 100 études dans le monde qui confirment la superbe efficacité des drogues si chloroquine del’Asie transmissibles qui, même seul, marchent bien. Maintenant, il y a des nouveaux médicaments qui marchent l’ivermectine. Il y a des études randomisées parce qu’on nous dit oui, c’est l’étude randomisée qu’un tirage au sort comparant des groupes de patients, ça n’a pas de valeur.

Randomisées, publiées. N’en savons rien. Il y a des études qui montrent que quand les gens prennent de la vitamine D, il y a une réduction de 50 pour cent de la mortalité chez les personnes âgées. Le zinc aussi, qui joue un rôle. Donc maintenant, il y a plein plein études publiées et je n’arrive pas à comprendre comment la communauté scientifique se mêle, de quoi se met le masque sur les yeux puisque ils refusent de reconnaître cette évidence scientifique.
Où sont les scientifiques aujourd’hui? Où sont les scientifiques aujourd’hui? On ne les voit plus.

Ça, c’est effectivement la grande question que vous poser à travers ce livre, et notamment, il y a tout un passage qui m’a vraiment surpris sur le Saver. Savez, certains savez que vous avez notamment Buzyn qui étaient épinglés. On le sait, elle aurait dit Buzin. Elle l’a dit, elle aurait dit, puisque ce livre est extrêmement bien sourcé. Du reste, on en parlait. Il fait 220 pages, mais il y a 40 pages de sourcing dedans.

Donc, tout ce que vous avancez comme argument vous l’attester à travers justement tous ces points.

Je suis content parce que vous avez des gens qui ont critiqué le livre, la sortie en disant c’est un ramassis de affectueuses.
Mais tout ce que je dis, je fais parler les gens. Je veux parler des déchets par les autorités telle personne dans les autorités, et ils disent tout et son contraire à quelques semaines d’intervalle. Et ceux qui parlent, c’est pas moi, je commente et quelquefois, avec un peu d’humour, je m’étonne. C’est pas moi qui dit c’est quand on et tout ce qu’ils disent est sourcée. D’ailleurs, si j’avais dit des bêtises, j’aurais été attaqué en diffamation depuis le mois de juin, ce qui n’a pas été le cas parce que je n’ai diffamé personne.

Je n’ai fait aucune atteinte au code de déontologie, contrairement à ce que certains essaient de suggérer au Conseil de l’Ordre des médecins. l’Ordre des médecins est intelligent et va voir que des racontars. Je n’ai attaqué aucun médecin, personne. J’ai toujours été très respectueux des médecins, des médecins généralistes et spécialistes, mais j’ai le droit, en tant que professeur des universités, de dire ce que je pense, ce qui m’étonne à travers vous et à travers les différentes rencontres qu’on a pu faire ensemble, c’est ce détachement.

Finalement, aujourd’hui que vous avez sur les choses, je ne sais pas si vos côté médecin qui vous pousse à cela, mais vous allez vraiment à la fois avec discernement. Et puis vous prenez les choses avec un maximum de recul et vous venez de le dire avec ironie parfois. C’est une défense pour vous.

Ce n’est pas une défense, c’est que moi, je constate des choses. Je suis un scientifique. J’aime que les choses soient démontrées. Maintenant, on voit qu’il y a tout. Le système de la science était complètement corrompu. Avec l’infiltration de l’industrie pharmaceutique, les conflits d’intérêts meublaient les grands journaux. Dans mon livre La vérité sur la maladie de Lyme, que j’ai publiée en 2017, déjà que les très grands journaux médicaux étaient corrompus, avaient publié des données fausses sur la maladie de Lyme avec des influences financières, etc.

Et les rédacteurs en chef de ces grands journaux qui eux mêmes disaient Mon journal est corrompu, ça ne va pas. Donc, il y a tout un système qui marche de travers et ce n’est plus de la science. Et malheureusement, beaucoup de personnes qui n’ont pas fait beaucoup de science, à part publier avec des molécules de l’industrie pharmaceutique et qui constitue un grand chercheur, m’attaquent. Mais quand on m’attaque, je dis je suis un débat avec vos arguments scientifiques contre arguments scientifiques, ils se débine tous.

Tout ce qu’ils savent dire, c’est peyronnet complotiste, dire que je suis un complotiste qui n’ont plus aucun argument à m’opposer. Et moi, je suis très à l’aise sur le plan scientifique qui viennent tous l’un après l’autre et je leur démontre les faits.
Mais ça, on le sait, on le voit et vous le dites. Les firmes pharmaceutiques sont véritablement aujourd’hui, je dirais, en quête de recherche, en quête de talents en quelque sorte, et jettent leur dévolu sur certains médecins.
Après avoir réussi à identifier il y a vingt ans, c’était déjà comme ça, mais il n’y avait plus d’éthique dans l’industrie pharmaceutique. Ce qui me fait plaisir aujourd’hui, c’est des anciens de l’industrie qui sont à la retraite, que j’ai connus, qui étaient comme des gens honnêtes, qui avaient peut être avait un peu de jugeote. Corruption dans l’industrie comme partout. Mais c’était encore modéré, me disent ils m’écrivent. Christian est complètement choqué par ce qui se passe.

Bravo, vous êtes un héros. On a jamais. On n’est jamais tombé aussi bas. Et c’est des gens de l’industrie pharmaceutique au plus haut niveau, les anciens PDG, les anciens responsables de la vaccination dans les plus grands laboratoires du monde qui me décrivent aujourd’hui. Pour l’instant, je ne vais pas les citer parce que Blancs, ils m’ont écrit à titre personnel, mais ils sont profondément choqués. C’est une dérive considérable et d’un peu de corruption de base comme on a vu partout.

C’est devenu maintenant une gigantesque industrie. Et ça, c’est pas normal.
Est ce que votre rôle aujourd’hui, on va y revenir justement avec les décisions de justice dans un instant? Mais est ce que votre rôle aujourd’hui consiste à faire autorité dans ce milieu de la médecine d’être un scientifique de renom international? Aujourd’hui vous permet de tout balancer, en quelque sorte.

Moi, je balance pas tout, je donne des faits. C’est ça qui dérange parce que c’est vrai, j’ai vu beaucoup de choses qu’on ne peut pas m’attaquer sur mon CV. Je ne peux pas m’attaquer sur des données personnelles ou financières, donc il cherche à m’attaquer sur différentes choses. Mais je suis très à l’aise parce que moi, je me bats que sur le plan scientifique, je dis des faits et toutes les faits sont vérifiables.

Donc c’est vrai que la justice, pour en parler, a rejeté ce recours que vous aviez déposé contre la paix l’APHP pour propos jugés indignes.

Je crois que c’est ça. Donc vous avez démis de vos fonctions de chefferie de service à l’hôpital de Garches. Pour vous, est ce que c’est un coup dur supplémentaire que cette décision de justice, plutôt qu’un référé liberté, c’est une procédure d’urgence?
Le tribunal doit répondre dans les deux jours et n’a pas le temps. Toute analyse en détail. Il y a d’autres recours qui vont avoir lieu, qui sont ou le tribunal aura plus de temps pour analyser toutes les données. Mais ce qui m’a fait très plaisir parce que je me doutais de la réponse. Mais ce qui m’a fait très plaisir, c’est de garder le tribunal en toutes lettres, que j’avais entièrement le droit à la liberté d’expression. Non seulement votre parole en tant que professeur d’université, mais aussi en tant que hospitalier, ce que Me Denniyé Martin Hirsch, parce que Martin disait vous faites partie de l’assistance publique, vous fermez votre gueule si vous ne parlez pas comme les autorités.

Et ça, c’est un grand scandale. Et là, le tribunal administratif a reconnu ce droit. Donc, pour moi, même si j’ai pas gagné, je crois que c’est une très grande victoire, très grande victoire. La liberté d’expression des médecins est bafouée. Le décret qui est sorti récemment, qui est maintenant interdit aux médecins de parler si quasiment leur parole n’a pas été adoubée par le ministère de la Santé. C’est quoi? C’est un immense scandale. Les médecins n’ont plus le droit de parler librement.

Derrière tout ce livre, il y a quand même une question qui est fondamentale, qui est posée. Alors peut être pas ouvertement, mais en gros. Y-a-t’il aujourd’hui véritablement un pilote dans l’avion, dans l’avion France? Est ce que vous trouvez que le pays est suffisamment bien gouverné?

Moi, je vais faire attention. Je vais être attaqué de partout, mais je pense que depuis le début, ça déraille et ça continue. Quand on voit que c’est publié partout dans les plus grandes universités, que tous ces tests PCR, quand on fait le diagnostic du virus dans le nez, ça vaut rien. Il y a beaucoup de faux positifs et on va jusqu’à pas juger de chaque publication. Bien des gens consultés, jusqu’à 90 pour cent de faux positifs.

Qu’on nous invente des deuxième vague, troisième vague, quatrième vague sur des tests qui sont des faux positifs que même maintenant, je commence à avoir des doutes sur les décès déclarés. Parce que c’est pas défèque news comme on fait des tests à tout le monde, à tous les ans, tous les gens avant de mourir. Si vous mourrez d’un infarctus du myocarde, tout à fait autre chose d’un cancer. Si par hasard, vous avez un test Kovy de positif qui est très fréquent puisque c’est son mauvais, sont tout le temps positifs.

Je pourrais Kovy automatiquement vous m’aurait Coved. Autant les tests statistiques de cas et de décès était fiable jusqu’au mois de juin. L’époque, les tests étaient reserve. Combien n’avaient pas beaucoup était réservée aux malades et à leur entourage immédiat, ce qui était la bonne utilisation des tests. Maintenant, c’est fait n’importe comment et ça ne veut plus rien dire. On ne peut plus avoir aucune confiance dans des statistiques aussi bien en France que dans d’autres pays. Et si vous regardez, le gars qui a inventé la PCR est un Américain en Californie qui est décédé à l’été 2019, avait toujours dit surtout ne fait jamais de PCR en population générale.

C’est totalement débile parce que dans les PCR, même les plus parfaites, il y a toujours un petit taux de faux positifs. Et si vous faites ça sur que des malades ont des symptômes? Si de temps en temps, il y en a un qui est un faux positif, c’est pas grave puisqu’il y a les symptômes cliniques. Le médecin peut faire son diagnostic. Si vous faites une population générale symptomatique, vous allez générer des milliers de faux positifs. C’est une hérésie.

Moi, quand j’étais directeur adjoint du Centre de référence de la tuberculose à l’Institut Pasteur à Paris, quand le PCR tuberculeux sont arrivés et surtout ne s’être jamais d’épaissir de tuberculose en population générale, vous allez vous aller faussement diagnostiquer des milliers de tuberculeux partout. Et c’est ce qu’aujourd’hui aujourd’hui, on fait que tous les scientifiques ont dit c’est une hérésie scientifique et c’est adoubé. C’est ça qui me choque profondément par tous mes collègues cliniciens chercheurs. l’Inserm qui dit oui, tout ça, c’est très bien.

C’est un immense cantal, ça n’a aucune base scientifique. C’est honteux de faire ça.
Alors je reviens aussi un peu sur la question que je viens de poser sur le pilote finalement dans l’avion. Dans votre livre, vous vous en prenez pas directement, je dirais. Vous ne semblez pas en tous les cas le président de la République, mais vous dites on est en guerre aujourd’hui comme à l’époque. En parlant de Gamla, vous dites?

En fait, il s’est entouré de personnes autour de lui qui ne sont pas suffisamment compétentes, et notamment le comité scientifique, le comité scientifique.

Moi, je les connaissais individuellement. J’avais des relations amicales avec eux, mais je comprends plus. Il y en a certains, pas tous des conflits d’intérêts majeurs. Donc déjà, si le gouvernement va respecter la loi, il aurait dû dégager depuis des mois.
Donc, je coupe la main. Sur les 11, il y en a combien? Qui aurait? Je n’ai pas de chiffres exacts. J’en parle dans le livre. Ils n’ont pas tous des conflits d’intérêts. Mais il y en a certains qui ont déjà dû être éliminés pour respecter la loi. Quand vous voyez sur les plateaux de télévision, tous les jours, des collègues comme des conflits d’intérêts majeurs qui continuent à venir parler et qu’à côté de ça, le CS va condamner RMC parce que j’étais tout seul sur un plateau, j’ai dit la vérité et que soi disant, il n’y avait pas de contradicteur.

Mais tous les jours, sur les plateaux de télé, vous avez trois ou quatre personnes qui ont des conflits d’intérêts, qui racontent n’importe quoi et personne ne bouge.

Quand vous voyez par exemple, un infectiologue ou je peux le citer pour ne pas avoir entendu, ca fait des menaces de mort contre Didier Raoult. Pour l’instant, je n’ai pas vu le Conseil de l’Ordre le menacer de convoquer devant le conseil disciplinaire du Conseil de l’ordre pour menaces de mort. C’est très grave. Il y a deux poids, deux mesures. Et moi qui ai juste parlé d’un jeune médecin en disant qu’il avait participé à une publication qui n’était pas bonne sur le plan scientifique, on veut me traîner devant la juridiction ordinale.

C’est du grand n’importe quoi. J’ai beaucoup de respect pour l’Ordre des médecins, pour mes collègues. Je sais que j’ai un soutien massif de tous les médecins généralistes de France. Ils m’écrivent tous les jours. Je ne sais pas la proportion exacte, bien sûr, mais même de médecins hospitaliers des Ansell grosse majorité, j’imagine bien.

Et moi, je vois des. Ancien professeur, patron de l’hôpital de Garches, je ne peux pas donner leur nom parce que je n’aurais pas demandé l’autorisation, mais qui m’écrivent en disant bravo parce que vous faites. Vous êtes un héros sont en train de dérailler complètement. Moi, je suis fier de ce que je fais et je me repose sur des données scientifiques précises et pas sur n’importe quoi.

Vous ne pourriez pas vous en créer un comité scientifique alternatif ou au sein de tout un consortium de médecins qui regroupe beaucoup d’associations de médecins? Vous avez vu il y a quelques jours, il y a eu Coordination santé libre qui s’est créée, et moi, j’ai participé à cette action formidable et on va créer un comité scientifique indépendant pour pouvoir réagir et dire non.

Voilà où est la vérité scientifique.
On a parlé de toutes ces mesures, de ces 11 scandales que vous énumérez dans ce livre que je vous invite à lire ou relire puisque maintenant, vous avez compris une nouvelle parution dans Les scandales. On n’a pas parlé du confinement, alors on vient de voir les dernières mesures en date là qui viennent de tomber au moment de l’enregistrement de cette émission. Qu’est ce que vous en pensez?

Pour l’instant, ce n’est pas encore un confinement, mais c’est pour nous préparer au confinement qui va venir dans quinze jours. En tout cas, ça couvre feu. C’est un couvre feu, le virus. Il sera 20 heures, il va sortir à 18 heures. J’espère que le virus comprend toutes les mesures sanitaires pour sortir à la bonne heure parce que ça devient des grands médias. Il n’y a aucune étude scientifique dans le monde qui a montré que le couvre feu servait à quelque chose et confinement.

Il y a même des études qui montrent que les pays ont de plus confinés ceux qui ont le plus de problèmes et le plus de progression de l’épidémie. Comment vous expliquez que les pays les plus riches, quand tous les moyens qui confine comme des malades qui ont le plus de cas, c’est comme un trigon humain?

Voir l’explication précise.
On a du mal à comprendre effectivement ce qui se passe en Angleterre aujourd’hui où effectivement, il y a le vaccin n’a pas parler aujourd’hui du vaccin reviendrait ici sur ce plateau pour nous en parler plus en détail une fois qu’on aura le recul nécessaire.
Regardez en Espagne, ils ont ouvert les restaurant tout seul et ils ont ouvert le bal.

Tout est ouvert en là théâtre, etc. J’en reviens, tout est ouvert et l’épidémie est en train de s’éteindre.
Alors qu’en France, on nous invente des centaines de cas de morts tous les jours. J’aimerais vraiment voir les dossiers de chaque patient pour voir de quoi il est vraiment mort. Malheureusement, on n’a pas accès.
Professeur, il nous reste deux minutes. Peut être les deux dernières questions de ce défi de la vérité. Tout d’abord, pouvez vous nous dire si aujourd’hui, vous avez reçu un soutien d’un côté absolument considérable? On aura bien compris. On était à Garches lors d’une manifestation où il y a eu 1500 personnes, chiffre avancé.

Vous bénéficiez d’un soutien énorme dans le milieu médical, dans le milieu hospitalier et dans le domaine scientifique. Mais par ailleurs, est ce que vous recevez des pressions très fortes aussi?

A contrario, je n’ai jamais reçu une seule lettre d’insultes d’un collègue ou deux. J’ai peut être reçu deux lettres un peu désagréables, mais au mois de mars avril. Mais depuis, j’ai reçu des compliments. Je peux vous dire que tous les jours, je reçois un paquet de lettres que j’ai du mal à ouvrir. Je m’excuse auprès des gens qui me crient Je ne veux pas répondre à tout le monde. Je commence à avoir des boîtes entières que je range dans un placard.

De toutes les lettres que je reçois, c’est que du soutien. Bravo, on est derrière vous. Tous les Français sont avec vous. Je sais que j’ai un soutien et il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de médecins généralistes, également hospitaliers, des professeurs d’université. Malheureusement, ils ne disent pas publiquement je ne sais pas. Je fais un appel pour qu’ils le disent publiquement. Ça m’aiderait. Je ne veux pas les citer. Pourquoi cette peur? Ils ont peur, mais peur de quoi?

Ils ont peur pour leur carrière. Ils ont peur d’être cassé par le Conseil de l’ordre, d’être traîné devant les juridictions. On vit dans un état qui fait qu’il n’est pas assez menaçant aujourd’hui.

En tout cas, merci infiniment d’être venu sur ce plateau. Je tiens vraiment à louer particulièrement vos mérites avec Xavier Adelbert, qui le président de France Soir et que vous connaissez bien. C’est vrai que nombreux sont les téléspectateurs à nous suivre aujourd’hui suivre votre parcours, suivre vos émissions. Je parlais tout à l’heure d’un million de personnes. C’est vrai qu’on a reçu un nombre de commentaires absolument considérable, ces commentaires. On va vous les relayer, bien entendu. En tout cas, merci professeur de ce que vous êtes vraiment une sommité en la matière, sommité mondiale.

Vous étiez, je le rappelle, pour les spectateurs. Il faut qu’ils le sachent. Vous étiez à l’OMVS numéro 1 au niveau de la santé, ensuite en France. Vous étiez dans quasiment les trois mandatures numéro trois du comité scientifique et aujourd’hui, vous êtes, comme par hasard, complètement délaissé. Black Boullé incendiés. Émission. Ce qui est absolument scandaleux. Je suis un paria, un charlatan et j’en suis fier. Merci beaucoup. À vous de nous avoir suivis.
N’hésitez pas, envoyez tous vos commentaires et à bientôt pour une nouvelle émission. Merci pour.

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.