L’espoir renaît pour les arénas

Ce ne serait plus qu’une question d’heures avant que le déconfinement sportif en cours permette enfin à des installations intérieures, dont les arénas, de reprendre du service. La bonne nouvelle fort attendue pourrait être annoncée dès aujourd’hui.

Selon les informations obtenues, les arénas pourraient ouvrir leurs portes à compter du lundi 29 juin. Les détails concernant cette annonce imminente n’ont toutefois pu être confirmés auprès du gouvernement.

Des sources, sans se prononcer sur le moment de l’annonce, évoquent cependant de bonnes nouvelles «imminentes» dans ce dossier qui devrait progresser rapidement.

Récemment, les gymnases et écoles de hockey ont fait partie des intervenants qui ont milité à répétition en faveur du déconfinement dans la pratique des sports intérieurs.

«C’est à peu près sûr que ça va se faire. Je suis à étudier différents plans pour l’été et une conseillère de la ministre Isabelle Charest a été claire avec moi en me disant : attends à demain, tu vas avoir de très bonnes nouvelles», a confié au Journal Christopher Bédard, de l’École de hockey de la Capitale.

La distanciation serait abaissée à un mètre entre les jeunes de 16 ans et moins et maintenue à deux mètres entre les entraîneurs adultes. Même les contacts seraient apparemment permis, pour une durée maximale de trois secondes, selon différents échos qui circulent.PHOTO D’ARCHIVESTout indique que les arénas, désertés depuis la mi-mars en raison de la pandémie de la COVID-19, reprendront vie très bientôt.

En soirée mardi, le directeur général de Hockey Québec, Paul Ménard, a même transmis un courriel dont le Journal a obtenu copie, dans lequel il demande aux associations de hockey mineur et aux équipes de se préparer. Selon ses informations, le plan de relance de Hockey Québec pourrait passer en phase 5 dès l’ouverture des arénas.

En d’autres termes, les matchs seraient de nouveau permis, à trois contre trois ou quatre contre quatre, entre équipes d’une même région, selon le plan présenté au début du mois.

Assez patienté

Le son de cloche est similaire du côté de l’école de Power Skating Julie Robitaille, en Mauricie.

«J’ai eu la même information et on ne peut qu’espérer que l’annonce surviendra demain (aujourd’hui). Ça fait plusieurs semaines qu’on travaille là-dessus et qu’on en parle. Avec les récentes annonces de déconfinement intérieur dans les cinémas et ailleurs, ça devient ridicule de ne pas déconfiner les arénas et le sport intérieur. Il faut être patient, mais on ne veut pas non plus être le dindon de la farce», a affirmé Julie Robitaille.

Au moment d’écrire ces lignes, le cabinet de la ministre Charest n’a pas donné suite à la demande d’entrevue du Journal pour connaître les détails d’une éventuelle annonce concernant le déconfinement des sports intérieurs. Impossible pour le moment, donc, de savoir si les gymnases et autres infrastructures seront aussi touchés positivement.

Glace extérieure

Face à l’incertitude des dernières semaines, certaines écoles de hockey ont dû se tourner vers des plans B viables. C’est le cas de l’École de hockey de la Capitale, qui étudie la possibilité d’offrir à sa clientèle une véritable glace extérieure, sous chapiteau, avec système de réfrigération.

«Le plan A demeure l’ouverture à l’intérieur, mais l’autre option, c’est une vraie glace, dans le stationnement du PEPS. Les soumissions sont faites et tout est approuvé par le gouvernement», se réjouit Christophr Bédard.

Reste maintenant à tâter le pouls de la clientèle quant à savoir si elle serait au rendez-vous sur cette surface de 50 par 100 pieds, comparativement à la surface traditionnelle de 85 par 200 pieds.

«Même si le déconfinement intérieur se confirme, ça ne veut pas dire que je n’irais pas de l’avant avec ce plan en même temps. Les gens seront possiblement intrigués à l’idée de jouer au hockey à l’extérieur. L’école deviendrait la seule au Québec à offrir un tel produit, qui n’est pas une surface extérieure synthétique. Ça pourrait offrir une belle alternative», a-t-il poursuivi.

Le projet commanderait des investissements importants, de l’ordre de 100 000 $.

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.