Des scientifiques critiquent l’intention de Pfizer de demander une 3e dose de vaccin

Des scientifiques critiquent l’annonce de Pfizer-BioNTech, qui prévoit demander l’autorisation d’une troisième dose de son vaccin contre la COVID-19, selon le New York Times. Des études montrent selon eux que le régime actuel à deux doses est efficace contre le coronavirus.L'alliance Pfizer-BioNTech prévoit demander l'autorisation d'une troisième dose de son vaccin contre la COVID-19. © Yves Herman/Reuters L’alliance Pfizer-BioNTech prévoit demander l’autorisation d’une troisième dose de son vaccin contre la COVID-19.

Il n’y a vraiment aucune indication pour un rappel ou une troisième dose d’un vaccin à ARNm avec les variants qui sont actuellement en circulation», soutient la Dre Céline Gounder, spécialiste des maladies infectieuses au Centre hospitalier Bellevue de New York. Beaucoup d’entre nous se demandent même si une dose de rappel sera nécessaire un jour.»

Des agences fédérales ont également exprimé des doutes jeudi. Le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA) et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont indiqué dans une déclaration commune que les Américains qui ont été complètement vaccinés n’ont pas besoin d’une dose de rappel pour le moment.

Nous sommes prêts à recevoir des doses de rappel si et quand la science démontrera qu’elles sont nécessaires», ont-elles ajouté.

Le variant Delta, identifié pour la première fois en Inde, serait possiblement deux fois plus contagieux que le virus d’origine. Il est maintenant à l’origine d’épidémies en Malaisie, au Portugal, en Indonésie et en Australie. Ce variant est aussi devenu dominant aux États-Unis, selon les CDC.

Jusqu’à récemment, les infections aux États-Unis étaient stables, aux niveaux les plus bas enregistrés depuis le début de la pandémie. Les hospitalisations et les décès liés au virus ont continué de baisser depuis, mais le nombre de nouvelles infections pourrait augmenter.

Impossible de savoir pour l’instant dans quelle mesure le variant Delta serait responsable; un ralentissement de la campagne de vaccination et des levées rapides des restrictions sanitaires jouent également un rôle.

Deux doses sont efficaces, selon des chercheurs

Citant des données d’Israël, Pfizer et BioNTech suggèrent que l’efficacité de leur vaccin pour prévenir à la fois les infections et les maladies symptomatiques a diminué six mois après la vaccination». Notant la montée en puissance de Delta et d’autres variants, les sociétés disent qu’une troisième dose pourrait être nécessaire dans les 6 à 12 mois suivant la vaccination complète».

Mais les estimations émanant d’Israël ont été contredites par d’autres études concluant que le vaccin est très efficace pour prévenir les infections, et ce, contre tous les variants. Une étude récemment publiée dans la revue Nature, par exemple, montre que les vaccins à ARN messager comme celui de Pfizer déclenchent une réaction immunitaire persistante dans le corps qui peut protéger contre le coronavirus pendant des années.

Si vous recevez deux doses d’un vaccin à ARNm, vous êtes très bien protégé contre les maladies graves, l’hospitalisation et la mort par rapport à l’une des variantes», a déclaré la Dre Gounder.

Pfizer semble opportuniste en accrochant une annonce au dos de données très précoces et non digérées d’Israël», dit John Moore, virologue à Weill Cornell Medicine à New York. Quand le moment sera venu d’utiliser des doses de rappel ici, la décision ne leur appartiendra pas.»

Certains experts ont également remis en question la pertinence des discussions sur les doses de rappel pour les Américains alors qu’une grande partie du monde n’a pas encore reçu ne serait ce qu’une seule dose.

Il est impossible d’ignorer la situation mondiale», a déclaré Natalie Dean, biostatisticienne à l’Université Emory d’Atlanta. C’est difficile pour moi d’imaginer recevoir une troisième dose alors qu’il y a des travailleurs de première ligne qui traitent des patients atteints de la COVID qui n’ont toujours pas été vaccinés.»

Chaque personne non vaccinée offre au virus des opportunités supplémentaires de muter en variantes dangereuses, note la Dre Gounder.

Si nous nous inquiétons des variantes, dit-elle, notre meilleure protection est de faire vacciner le reste du monde, de ne pas accumuler plus de doses pour administrer des troisièmes doses de vaccins à ARNm aux personnes ici aux États-Unis.»

Source

Recevez un sommaire des informations essentielles à retenir sur le coronavirus au Québec en vous abonnant à notre infolettre.